Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
06:56 : Mise des Téfilines
07:57 : Lever du soleil
13:39 : Heure de milieu du jour
19:19 : Coucher du soleil
20:03 : Tombée de la nuit

Paracha Haazinou
Vendredi 7 Octobre 2022 à 18:59
Sortie du Chabbath à 20:02
Afficher le calendrier

Fruits de la même espèce, c'est quoi ?

Rédigé le Samedi 26 Février 2022
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Qu’appelle-t-on fruits de la même espèce ?

Par exemple, dans les Halakhot de Brakhot, où l'on nous dit s'il est nécessaire ou non de refaire la Brakha quand un fruit "de même espèce" se présente à nous.

Merci pour votre aide très précieuse !

La réponse de Rav Réouven ATTIAS
Rav Réouven ATTIAS
83 réponses

Chalom,

Vous faites référence au Choul'han 'Aroukh (Ora'h 'Haïm chapitre 206 lois 5) : "On ne fera pas de bénédiction sur un aliment ou une boisson s’ils ne sont pas présents devant nous. S’il a fait la bénédiction, il faudra bénir une seconde fois.

Par contre, s'il a récité la bénédiction sur des fruits présents devant lui et, par la suite, il lui a été ramené des fruits de la même espèce ou d’une autre espèce qui ont la même bénédiction, il n’y aura pas besoin de faire une seconde fois la bénédiction."

Le Michna Beroura (alinéa 21-22) explique une autre espèce comme un fruit d’une autre espèce qui possède la même bénédiction. Par exemple, s’il a fait la bénédiction sur une pomme et, après l’avoir consommé, on lui a ramené une pomme (fruit de la même espèce) et une poire (fruit d’une autre espèce), il n’y aura pas besoin de faire une seconde fois la bénédiction "Boré Péri Ha'ets" sur la pomme et la poire.

Par contre, s’il a fait la Brakha Chéhakol sur du poisson et qu'ensuite, on lui a ramené une bière, il devra réciter la bénédiction une seconde fois sur la bière.

Cependant, certains décisionnaires (Ba'h, Pricha, Taz, Graz) pensent que si le fruit est de la même espèce seulement, il n’y aura pas besoin de faire un seconde fois la bénédiction.

Le Rav 'Ovadia Yossef (Yé'havé Da'at tome 7 responsa 116) a tranché que même sur un fruit d’une autre espèce, on ne fera pas une seconde fois la bénédiction.  

Toutefois, selon tous les avis, si l’on a ramené les fruits d’une autre espèce avant qu’il ait fini de consommer le premier fruit ou qu’il a fixé un repas de fruits, il n’y aura pas besoin de faire une seconde fois la bénédiction (Michna Beroura, Halakha Broura tome 10 page 344).

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Réouven ATTIAS