Aujourd'hui à Paris
06:54 : Mise des Téfilines
07:56 : Lever du soleil
13:05 : Heure de milieu du jour
18:13 : Coucher du soleil
18:59 : Tombée de la nuit

Paracha Michpatim
Vendredi 21 Février 2020 à 18:02
Sortie du Chabbath à 19:10


Hiloulot du jour
Rav Mena'hem Mendel De Kotzk
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Informer son Chiddoukh d'un avortement passé

Rédigé le Lundi 28 Octobre 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Mon amie a subi un avortement à 16 ans et elle aurait voulu savoir si elle devait obligatoirement tenir au courant son Chiddoukh, étant donné que lorsque l'on fait Téchouva on devient une nouvelle personne et que l'on n'est pas obligés de rappeler son passé ?

Merci pour votre réponse.

La réponse de Rav Emmanuel BOUKOBZA
Rav Emmanuel BOUKOBZA
189 réponses

Chalom,

Effectivement, la Téchouva est un processus d'une telle ampleur qu'elle en transforme véritablement la personne. Cependant, dans le cadre d'un Chiddoukh, il est nécessaire que les données soient claires des deux côtés, au moins dans les grandes lignes.

Si le Chiddoukh est déjà avancé, il est nécessaire qu'elle informe le jeune homme pour éviter tout problème ultérieur, que ce soit au moment du mariage ou après. En effet, la validité d'un mariage peut être remise en cause au cas où il se révèle a posteriori que l'une des deux parties n'aurait pas donné son consentement en toute connaissance de cause.

Par ailleurs, sur un plan moral, le mariage doit être fondé sur une confiance mutuelle, basée elle-même sur une transparence au moins minimale. Le fait que votre amie ait subi un avortement à 16 ans ne peut être considéré comme anodin. Une rétention d'information à ce niveau peut être vécue par l'autre partie comme une méprise ou bien même comme une volonté de tromperie.

Il est possible que votre amie redoute la réaction de son partenaire de Chiddoukh ou même craigne qu'il ne mette fin au Chiddoukh. Même si sa crainte est fondée, il est indispensable qu'elle affronte cette épreuve de vérité et qu'elle connaisse de manière certaine le fond de sa pensée dans ce domaine. Si son partenaire de Chiddoukh n'est pas prêt à l'accepter comme telle, c'est tout simplement qu'il n'est pas son Mazal.

En souhaitant à votre amie la force et le courage de continuer à évoluer dans ce magnifique processus qu'est la Téchouva et de trouver un 'Hatan à même de la comprendre, de l'aider et de la faire grandir jour après jour à la lumière de la Torah !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BOUKOBZA
Projet dédié par un généreux donateur