Aujourd'hui à Paris
06:24 : Mise des Téfilines
07:27 : Lever du soleil
12:35 : Heure de milieu du jour
17:41 : Coucher du soleil
18:27 : Tombée de la nuit

Paracha Lekh Lékha
Vendredi 30 Octobre 2020 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:20
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

J'ai mangé une sauce Taref périmée !

Rédigé le Jeudi 10 Mars 2016
La question de Hézaline Yehoudite B.

Chalom,

Ce midi, à mon travail, lors de la pause déjeuner, j'ai confondu la sauce carrefour avec ma sauce Badatz.

J'ai recraché dès que j׳ai réalisé mon erreur, mais j'ai du en consommer l'équivalent d'une cuillère.

Cette sauce était là depuis leur dernier pot au bureau, et elle était périmée depuis le 06/03/2016.

Je prends cela comme un avertissement, mais je me demande quel était le statut de cet aliment périmé qu'un Goy ne mangerait probablement pas et sur le statut de ma faute ?

Merci de votre lumière.

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
5457 réponses

Chalom Ouvrakha,

Le fait qu'un aliment soit périmé n'enlève en rien les interdits de consommation, et ce ne sera que lorsque l'aliment est devenu en soi impropre à la consommation par un homme ou un chien etc. que l'on trouvera certaines dérogations.

Dans votre cas, si l'on considère cette sauce comme interdite par la Torah, si elle avait comme composant du 'Hélèv (graisse animale interdite), du fait que cet interdit est punie de Karèt (retranchement), on devra faire Téchouva, et, lorsque le Beth Hamikdach sera reconstruit, on devra y apporter un sacrifice expiatoire, comme la Guémara (Kritout 19a et b) nous l'enseigne.

Par contre, si le contenu de cette sauce était à base d'aliment non-Cachères par la Torah (viande non-Cachère etc.), cela fera l'objet d'une grande discussion si cela est considéré comme une faute involontaire ou pas (voir Tossafot Betsa 25b et Kessef Michné Hilkhout Issouré Bia 1, 12 qui condamnent, et le Maguid Michné ainsi que le Ramban Vayikra 1, 4 qui n'exigent pas de pardon; voir aussi responsa de Rabbi Akiva Eiguer 8, et Mékor 'Haïm 431, et autres).

Enfin, si votre sauce contenait des aliments interdits d'ordre rabbinique (ce qui me semble le plus probable), puisque l'interdit était involontaire, vous n'avez même pas besoin de faire Téchouva (Nétivot Hamichpat 234, et Méchèkh 'Hokhma Parachat Michpatim 17).

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA