Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:34 : Mise des Téfilines
06:44 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:04 : Coucher du soleil
21:54 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 19 Août 2022 à 20:40
Sortie du Chabbath à 21:49
Afficher le calendrier

J'entends de la Torah depuis les toilettes

Rédigé le Jeudi 19 Juin 2014
La question de Binyamin B.

Bonjour,

Si je suis aux toilettes de la synagogue et que j'entends un passage de la Téfila, ou pire, la Kédoucha... dois-je me boucher les oreilles ?

Sinon, que faire ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
31611 réponses

Cher Binyamin,

Kol Hakavod pour ta question !

La réponse est simple : Dans une pièce telle que les toilettes, il ne faut pas penser à des paroles de Torah, à des Pssoukim (versets), ou à des passages comportant le Nom d'Hachem. Or, le fait même d'écouter de tels passages entraîne obligatoirement une pensée. Autrement dit, le fait même d'écouter de tels passages est une interdiction. Il faut donc se boucher les oreilles.

D'ailleurs, de nombreux décisionnaires recommandent de ne pas construire les toilettes trop proches du Beth Haknesset, afin que l'on ne puisse pas entendre des prières ou des versets en s'y trouvant.

De nos jours, grâce aux différentes techniques de constructions et aux différents matériaux existant, cette exigence est facilement réalisable.

A ce sujet, voir Choul'han 'Aroukh chapitre 85, Halakha 2, et dans les commentaires du Kaf Ha'haïm et du Michna Broura. Voir également Chout Lev 'Haïm Volume 3, question 6.

Kol Touv.

Questions au Rav Dayan (tome 5)

Questions au Rav Dayan (tome 5)

L’équipe Torah-Box est fière de vous présenter le tome 5 de la série “Questions au Rav Dayan”, composé de 313 questions reçues par des Juifs à travers le monde sur le site Torah-Box depuis l’année 2014 à partir de laquelle Rav Gabriel Dayan a commencé à y répondre avec une précision rare et une persévérance de tous les instants.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN