Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:27 : Mise des Téfilines
08:35 : Lever du soleil
13:02 : Heure de milieu du jour
17:28 : Coucher du soleil
18:18 : Tombée de la nuit

Paracha Yitro
Vendredi 21 Janvier 2022 à 17:12
Sortie du Chabbath à 18:24
Afficher le calendrier

Je ne contrôle pas ma consommation d'alcool !

Rédigé le Lundi 8 Juillet 2019
La question de David A.

Bonjour,

J'ai un problème avec l'alcool et surtout le Chabbath, j'ai un comportement exécrable et devient même violent.

Ma femme veut divorcer et mes enfant ne veulent plus passer Chabbath avec moi.

Que dois-je faire ?

La réponse de Rav Emmanuel BOUKOBZA
Rav Emmanuel BOUKOBZA
291 réponses

Chalom,

Vous faites bien de poser la question. Il est évident que vous ne pouvez continuer à vivre en vous maintenant dans cet état de dépendance vis-à-vis de l'alcool. Cet état de dépendance occasionne chez vous et votre entourage proche des souffrances difficilement supportables.

Il existe deux stratégies que vous devrez mettre en place probablement de manière parallèle.

Dans un premier temps, vous devez prendre le temps d'une réflexion personnelle pour créer chez vous l'envie de mettre un terme à cette situation très dure. Le fait que votre femme veuille divorcer et que vos enfants ne veulent plus passer Chabbath avec vous ne constituent que des rappels extérieurs et des signaux d'alarme dont vous devez impérativement tenir compte pour éviter d'en arriver à ces extrémités.

Selon les recommandations du Saba de Slabodka, Rabbi Nathan-Tsvi Finkel, vous devez, dans un premier temps, prendre conscience de votre grandeur personnelle. Vous devez réaliser que vous avez été créé par D.ieu, dont on ne peut évidemment mesurer la grandeur, et que, en tant que tel, vous avez une importance extrême et un rôle majeur à jouer sur terre.

Ce rôle et cette grandeur ne sont évidemment pas compatibles avec le statut d'alcoolique, qui vous retire toute dignité humaine. Une fois que vous serez convaincu de cette vérité, il vous faudra passer à l'étape suivante. Le but est d'arriver à vous passer totalement d'alcool, mais vous ne pouvez y arriver que progressivement.

Dans un second temps, tournez-vous vers Hachem et adressez-vous à Lui en ces termes : "Maître et Roi du monde, je Te remercie de m'avoir créé. Puisses-Tu m'aider à prendre conscience de Ta grandeur et, par conséquent, de ma propre grandeur, puisque Tu m'as créé.

Je Te remercie de m'avoir donné une femme et des enfants ; je suis cependant très peiné de les faire souffrir du fait de ma tendance à une consommation exagérée d'alcool. Je souhaite sortir de cette dépendance qui m'empêche de réussir ma vie et de faire Ta volonté. Je Te demande et Te supplie de bien vouloir mettre un terme à cette attirance excessive que je ressens pour l'alcool. Je souhaiterais arriver à un état où ma consommation d'alcool sera strictement limitée à l'accomplissement de Tes préceptes, pour le Kiddouch de Chabbath et des fêtes et les quatre verres de vin durant le Séder de Pessa'h.

Je sais que je ne peux y arriver seul, aussi je Te supplie de bien vouloir me prendre en pitié et me sauver de l'alcoolisme, car Ta puissance est illimitée. Sachant que tout vient de Toi et que tout ce que Tu fais est pour le bien, je Te remercie d'avoir créé chez moi cette passion pour l'alcool, puisqu'elle me permet aujourd'hui de me tourner vers Toi et de me rapprocher de Ton service.

Puisses-Tu me donner la volonté nécessaire pour m'en sortir et renforcer chaque jour chez moi cette volonté.

Si je ne suis pas assez méritant pour que ma prière soit exaucée, puisses-Tu répondre à mes supplications par le mérite de ma femme et de mes enfants qui ne sont pas responsables de mes tendances. Et si leurs mérites ne suffisent pas, puisses-Tu m'exaucer par un effet de Ta pure bonté, ainsi qu'il est dit : "Je prendrai en grâce celui qui trouvera grâce à mes yeux, Je prendrai en pitié celui que Ma miséricorde ne repoussera pas" (Chémot 33,19).

Aie pitié de Ton serviteur et permets-moi de conserver ma femme et mes enfants, même si je ne le mérite pas, par un effet de Ta pure bonté."

Répétez cette prière plusieurs fois par jour et tous les jours, tant que vous ne serez pas sorti définitivement de l'alcoolisme. Bien entendu, la prière que je vous ai suggérée n'est qu'un canevas. Il vous incombe aussi de prier en ajoutant vos propres mots et en suivant votre inspiration.

Si vous buvez de l'alcool tous les jours, diminuez nettement cette consommation quotidienne sans la supprimer totalement pour éviter l'apparition de syndromes de sevrage. Efforcez-vous parallèlement de boire beaucoup d'eau pour éviter les phénomènes de déshydratation qui peuvent accompagner la diminution notable de consommation d'alcool. Si vous n'avez pas du tout de pratique sportive, commencez doucement et régulièrement à vous y mettre ; la pratique du sport produit en effet des endorphines propres à contrer l'effet dépressif qui peut accompagner un sevrage partiel ou total d'alcool.

Prenez contact avec un médecin et demandez-lui d'encadrer votre sevrage. En fonction de ses recommandations, prenez contact avec des associations qui vous permettront de vous détacher progressivement de la consommation d'alcool.

Comprenez bien qu'il s'agit pour vous d'un enjeu vital et qu'il n'est pas question de repousser ou d'ajourner votre prise en charge par vous-même, au moyen d'un effort de réflexion et de prière, ainsi qu'en vous tournant vers les personnes compétentes à même de vous aider à sortir de cette impasse.

Il est nécessaire que vous impliquiez votre femme dans ce processus, et ceci, dès le début, après vous être accordé le temps de réflexion nécessaire. Expliquez-lui que votre détermination est sans faille et que vous êtes décidé à vous en sortir, quels que soient les efforts que cela impliquera de votre part. Demandez-lui pardon avec des larmes pour votre comportement et demandez également pardon à vos enfants.     

Avant de vous adresser à votre femme, tournez-vous vers Hachem en ces termes : "Maître et Roi du monde, je voudrais m'adresser à ma femme afin de la mettre au courant de mes bonnes dispositions. Je sais que j'ai fauté envers elle et je Te demande de me pardonner ; j'ai fauté également envers mes enfants de par mon comportement et je Te demande également de me pardonner.

Puisses-Tu, Maître et Roi du monde, attendrir le cœur de ma femme et la rendre sensible à mes arguments, afin qu'elle accepte de m'aider dans ce difficile processus. Puisses-Tu faire en sorte qu'elle renonce au divorce et qu'elle accepte de me regarder sous un jour nouveau. Puisses-Tu renforcer ma volonté et ma détermination afin que mes paroles soient crédibles à ses yeux."

En résumé, il vous faut agir sur cinq fronts : 1) réflexion personnelle et remise en cause, 2) prière sincère adressée à Hachem, 3) impliquer et sensibiliser votre femme et vos enfants, 4) contacter un médecin spécialisé dans la prise en charge de l'alcoolisme, 5) contacter éventuellement une association spécialisée dans l'aide aux personnes souffrant d'une dépendance vis-à-vis de l'alcool.  

En vous souhaitant une réussite complète dans votre difficile et courageuse démarche, Bé'ézrat Hachem !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BOUKOBZA