c Question au Rav : Jeter un livre pas Cachère emprunté à une bibliothèque

Jeter un livre "pas Cachère" emprunté à une bibliothèque

Rédigé le Lundi 14 Juin 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J'ai emprunté un livre il y a un moment dans une sorte de mini "bibliothèque" de quartier dans un quartier non-religieux d'Israël.

Le principe est que chacun peut faire don de livres, et cela a constitue une sorte de bibliothèque libre, où chacun peut donner et emprunter des livres.

Cependant, en le lisant, je me suis rendue compte que le contenu n'était pas Cachère du tout et je me demandais si je devais le remettre dans la "bibliothèque", sachant que d'autres juifs pourraient le lire.

Vu qu'il n'y a pas vraiment de propriété et que les livres sont en quelque sorte "Hefkèr", est-ce du vol si je le jette à la poubelle ?

Merci d'avance pour votre réponse.

La réponse de Rav Gad ALLOUCHE
Rav Gad ALLOUCHE
92 réponses

Chalom,

Tout d’abord, il faut s’assurer que le contenu n’est vraiment pas Cachère du tout, car, quelques fois, on peut être sujet à un abus de zèle qui, dans ce cas, peut amener à du Guézèl (vol). Pin'has lui-même a pris conseil auprès de Moché avant de tuer Zimri et Kozbi (Rachi, Bamidbar, 25, 7).

Il est donc conseillé de faire appel à un Rav en lui donnant tous les détails pour pouvoir ensuite juger si on peut le jeter. Nous sommes à votre disposition pour vous répondre à ce sujet.

S’il s’avère que cet ouvrage consiste un danger spirituel, alors on peut s’appuyer sur le Choul'han Aroukh, 'Hochen Michpat, 266, 11 qui écrit qu’il est interdit de rendre un chat à son propriétaire, s’il représente un danger pour les enfants.

Attention, cette Halakha ne peut être généralisée. On ne parle que d’un danger qui risque d’atteindre plusieurs personnes. Par contre, si on trouve un livre pas Cachère chez un particulier, on ne pourra pas toujours appliquer cette règle, en pensant qu’on l’empêche ainsi de le lire. Même si on a le droit de le faire dans certains cas, il faudra le rembourser selon de nombreux décisionnaires, évitant ainsi de transgresser soi-même l’interdit de voler (cf. Pit'hé 'Hochen, Nézikin, chap. 1, note 1, Torat Hayolédet, p. 295).

La réponse à votre question est donc qu'il est permis de le jeter car :

1. Cela représente un danger public,

2. Il est déjà dans vos mains,

3. Vous n’avez pas besoin de rembourser, seulement s’il n’y a pas de propriété sur la bibliothèque, comme vous le dites.

Enfin, il est conseillé de ne pas continuer à prendre des livres dans cette bibliothèque, car vous prenez le risque de tomber sur un livre tendancieux.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gad ALLOUCHE