Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:27 : Mise des Téfilines
06:39 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:11 : Coucher du soleil
22:02 : Tombée de la nuit

Paracha Vaet'hanane
Vendredi 12 Août 2022 à 20:53
Sortie du Chabbath à 22:03

Hiloulot du jour
Rav Amram Ben Diwan
Afficher le calendrier

Jeûner pour se détacher du matériel

Rédigé le Jeudi 20 Février 2020
La question de Anonyme

Bonsoir Rav,

Y a-t-il un intérêt de jeûner pendant plusieurs jours en vu de se détacher du matériel ? En particulier pour une femme.

Merci.

La réponse de Rav Emmanuel BOUKOBZA
Rav Emmanuel BOUKOBZA
315 réponses

Chalom,

Vous posez une excellente question.

Rabbi Na'hman de Breslev y a déjà répondu. En effet, pour se rapprocher d'Hachem, il a jeûné pendant de nombreuses années. Ensuite, ses intenses recherches spirituelles l'ont amené à découvrir la Hitbodédout (Likouté Moharan, Tanina 25), qui consiste à s'isoler dans un endroit un peu perdu, comme une forêt, à une heure tardive pendant la nuit, et à entamer un dialogue personnel avec le Créateur. Rabbi Na'hman affirma ensuite qu'une seule heure de Hitbodédout avait la capacité de rapprocher d'Hachem bien plus qu'une longue série de jeûnes. Il affirma aussi qu'il regrettait d'avoir pratiqué le jeûne pendant de nombreuses années, car cela avait porté préjudice à sa santé.

En clair, cela signifie que ce n'est pas une bonne idée de pratiquer le jeûne, encore moins pendant plusieurs jours d'affilée. Les seuls jeûnes qu'il faut pratiquer sont les jeûnes obligatoires institués par la Torah et les Sages (jeûne de Kippour, jeûne du 10 Tévèt, jeûne du 13 Adar (avant Pourim), éventuellement jeûne des premiers-nés (14 Nissan), jeûne du 17 Tamouz, jeûne de Guédalia et jeûne du 9 Av).

Il est vrai qu'il faut une gestion saine de son alimentation, ce qui signifie s'éloigner de l'anorexie comme de la boulimie, manger à sa faim, ne manger que si l'on a faim et s'arrêter de manger dès lors qu'on atteint son seuil de rassasiement. On peut voir une allusion assez claire à toutes ces notions dans le verset de la Torah: "Tu mangeras, tu te rassasieras et tu béniras l'Eternel ton D.ieu" (Dévarim 8,10).

Par ailleurs, la consommation de certains repas, notamment les repas du Chabbath, a une grande valeur spirituelle et est à même de vous rapprocher de D.ieu de manière efficace. L'étude de la Torah a également une très grande valeur, au point de surpasser toutes les autres pratiques spirituelles (Michna Péa 1,1). La prière, d'une manière générale, est également un vecteur très puissant de rapprochement avec D.ieu, que ce soit dans le cadre de la prière instituée, telle qu'elle est mentionnée dans les livres de prière, ou bien dans le cadre de la prière personnelle qui ne suit aucun texte préétabli et qui exprime votre relation personnelle avec le Créateur (Brakhot 6b).

Bien entendu, la pratique des commandements de la Torah, qu'il s'agisse des commandements positifs comme des commandements négatifs, peut vous rapprocher puissamment de votre Créateur.

Comme vous le voyez, les moyens de vous élever spirituellement sont nombreux et variés, le recours au jeûne comme vous l'entendez, ne constituant absolument pas une nécessité. Par ailleurs, la pratique intensive du jeûne constitue un danger réel, notamment pour une femme, avec le risque non-négligeable de se transformer en anorexie ou en boulimie.

Il est vrai que certains très grands Tsadikim, comme Baba Salé, pratiquaient le jeûne pour se rapprocher d'Hachem. Mais, quoi qu'il en soit, nous ne pouvons nous comparer à eux, même de très loin, et, par conséquent, nous ne pouvons imiter leurs pratiques. Par ailleurs, le Ba'al Chem Tov, fondateur du 'Hassidisme et arrière grand-père de Rabbi Na'hman de Breslev, s'opposait formellement à toute pratique ascétique, dans la mesure où ces pratiques, bien loin d'instaurer un climat de joie, instaurent, au contraire, un climat d'austérité.

Or, il est dit dans le livre de Téhilim, inclus dans le Canon Biblique juif : "Servez D.ieu dans la joie" (Téhilim 100,2). Il n'est pas envisageable de servir D.ieu autrement que dans la joie. Rabbi Na'hman de Breslev enseigne qu'être continuellement dans un état de joie constitue une grande Mitsva (Likouté Moharan, tome 2, 24). A l'inverse, la tristesse constitue toujours selon rabbi Na'man de Breslev, une grave faute.

Rav Chalom Arrouch, un auteur contemporain disciple de la 'Hassidout de Breslev, explique que le meilleur moyen de parvenir à une joie authentique est de s'adonner régulièrement à la pratique de la Hodaa, c'est-à-dire du remerciement. Il explique en effet que le fait de remercier D.ieu quotidiennement pour tous les immenses bienfaits dont Il nous comble en permanence, ainsi que le fait de Le remercier pour toutes les choses qui ne vont pas comme on le souhaite, permet d'arriver à la Emouna Chéléma, c'est-à-dire la foi parfaite.

Or, bien entendu, rien ne peut vous rapprocher d'Hachem davantage qu'une foi parfaite. Pour ce faire, je vous invite donc à lire différents ouvrages de Rav Arrouch, comme "Le jardin de la foi", "Les portiques du remerciement", ainsi que "J'ai remercié et j'ai été sauvé".

La lecture de ces ouvrages vous permettra de vous rapprocher d'Hachem, dans la mesure où vous entreprendrez un travail de construction personnelle qui passera obligatoirement par une remise en cause de vos certitudes et qui vous demandera une volonté réelle d'élévation spirituelle.

En vous souhaitant une réflexion approfondie sur le sujet à la lumière de ces différents ouvrages et un parcours spirituel riche et gratifiant !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BOUKOBZA