Paracha Chémini
Prochaine fête : Pessah (dans 25 jours)
Contactez-nous
Projet dédié par un généreux donateur
Projet dédié par un généreux donateur

Kiddouch de la synagogue = Sé'ouda Chniya ?

Rédigé le Samedi 7 Février 2015
La question de Mickael D.

Chalom,

Lors d'une précédente réponse, vous avez souligné le fait de que la Sé'ouda Chniya (repas du Chabbath midi) devait obligatoirement se faire avec du Motsi.

Durant ces Chabbath d'hiver, la Sé'ouda Chlichit est vraiment difficile à faire, et cela amène presque du Tsa'ar (peine).

Je fréquente une synagogue où nous avons la chance d'avoir une Sé'ouda tous les Chabbath matin après la Téfila.

Ma question est la suivante : puis-je considérer la Sé'ouda de la synagogue comme la Sé'ouda Chniya, même s'il n'y a que du Mézonot (et pas du Motsi) ?

Ainsi, le repas que je prendrais chez moi serait considéré comme ma Sé'ouda Chlichit...

Si la réponse est oui, y aurait-il un problème à faire le Kiddouch avant la Sé'ouda de chez moi pour ma famille qui n'est pas à la synagogue avec moi, alors même qu'il s'agit de la Sé'ouda Chlichit pour moi (et Chniya pour ma famille) ?

Kol Touv.

La réponse de Rav Emmanuel BENSIMON
Rav Emmanuel BENSIMON
1130 réponses

Chalom Mickael,

Le Choul'han Aroukh (Hilkhot Chabbath 289,1) tranche clairement que pour la Sé'ouda du vendredi soir et du samedi midi, il faut impérativement manger du pain. Même dans un cas de force majeure, on ne peut s'acquitter de la Sé'ouda avec du Mézonot (contrairement à la Sé'ouda Chlichit).

Par conséquent, le Kiddouch que vous faites à la synagogue ne peut compter comme une Sé'ouda.

En revanche, si vous mangez du pain lors de cette Sé'ouda à la synagogue, le repas que vous prenez par la suite chez vous sera en effet la Sé'ouda Chlichit, à condition de manger du pain après 'Hatsot (Choul'han Aroukh 291,2). Dans ce cas, vous pouvez faire Kiddouch pour acquitter votre famille, bien que pour vous ce soit la Sé'ouda Chlichit.

Le Talmud enseigne que celui qui accomplit bien les trois Sé'oudot de Chabbath sera délivré de trois malheurs : les souffrances de l'enfantement du Machia'h, le jugement du Guéhinam, et les guerres de Gog et Magog...

Béhatsla'ha.

Mékorot / Sources : Choul'han Aroukh.
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BENSIMON
Haut de page