Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:45 : Mise des Téfilines
06:05 : Lever du soleil
13:47 : Heure de milieu du jour
21:29 : Coucher du soleil
22:25 : Tombée de la nuit

Paracha Béhar
Vendredi 20 Mai 2022 à 21:14
Sortie du Chabbath à 22:34
Afficher le calendrier

Kiddouch du vendredi debout, et samedi assis ?

Rédigé le Jeudi 21 Mai 2015
La question de Jason H.

Bonjour,

Pourquoi fait-on le Kiddouch du vendredi soir en étant debout, et celui du samedi midi en étant assis ?

Merci d'avance.

Kol Touv !

La réponse de Rav Emmanuel BENSIMON
Rav Emmanuel BENSIMON
1507 réponses

Chalom Jason,

1- Kiddouch du vendredi soir :

Nous avons l'habitude de faire le Kiddouch du vendredi soir debout, conformément au Choul'han 'Aroukh (Hilkhot Chabbath 271, 10) et aux paroles du Ari Zal :

1- On se lève en l'honneur de la Présence Divine qui accompagne le Chabbath.

2- On fait un témoignage sur la création du monde par Hachem. Or, les témoins doivent être debout (voir Michna Beroura, Séif Katan 45) pour énoncer leur témoignage.

Certains Ashkénazim restent assis pour le Kiddouch du vendredi soir, conformément au Rama, afin de rester plus concentrés pour acquitter l'ensemble des convives de leur obligation. Néanmoins, ils se lèvent au tout début du Kiddouch ("Yom Hachichi Vayé'houlou Hachamayim"), car la pemière lettre des quatre premiers mots forment le nom Divin (Youd, Hé, Vav, Hé). Néanmoins, aujourd'hui, la majorité des Ashkénazim font comme nous et se lèvent pour tout le Kiddouch du vendredi soir, afin de respecter l'avis du Ari Zal.

2- Kiddouch du samedi midi :

D'après tous les avis, on fait ce Kiddouch assis. Il est moins important que celui du vendredi soir : on l'appelle le Kidoucha Rabba "Le Grand Kiddouch", pour souligner qu'il est en réalité "petit" (comme un aveugle qu'on appelle "celui qui voit bien"...).

Ce Kiddouch est une institution de nos Sages (Dérabbanane), car le Chabbath a déjà été sanctifié le vendredi soir par le Kiddouch.

Béhatsla'ha.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BENSIMON