Aujourd'hui à Paris
07:28 : Mise des Téfilines
08:35 : Lever du soleil
13:01 : Heure de milieu du jour
17:28 : Coucher du soleil
18:17 : Tombée de la nuit

Paracha Vaéra
Vendredi 24 Janvier 2020 à 17:16
Sortie du Chabbath à 18:27

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

La promesse du fœtus est-elle considérée comme un vœu ?

Rédigé le Dimanche 28 Avril 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J'ai entendu que chaque personne a juré dans le ventre de sa mère de ne pas fauter.

Cela est-il considéré comme un serment que l'on fait alors que l'on est conscient et dont la conséquence de la transgression est très grave ?

Merci d'avance pour votre réponse.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
18003 réponses

Bonjour,

Le serment dont il s’agit dans votre question est mentionné dans le Talmud Nidda 30b.

Il va sans dire qu’il ne s’agit pas d’un serment semblable à celui que ferait une personne vivante [puisque l’embryon n’est pas, encore, venu au monde].

Il s’agit d’une [image faisant allusion à une] EMPREINTE portée sur la Néchama - par le  Tribunal Céleste - permettant à l’être humain - après sa naissance - de ressentir son devoir, ici bas et ses obligations, le plus INTENSÉMENT et le plus PROFONDÉMENT, possible.

Rabbi Shnéour Zalman [18 Eloul 1745 - 24 Téveth 1812/3], l’auteur [du Choul'han ‘Aroukh Harav, de nombreuses réponses en matière d’Halakha et] du Tania, commence son œuvre avec cet enseignement de nos Sages.

De nombreux commentateurs du Talmud et du Tania, l’ont expliqué, chacun à sa manière.

Voici l’une des explications :

L’expression Machbi’in Oto - avec la lettre Chine [on le fait jurer] peut être lue Massbi’ine Oto - avec la lettre Sine [on le rassasie].

Avant que la Néchama quitte les Cieux, on la rassasie des plus grands délices spirituels et on lui fournit les meilleures « munitions » afin qu’elle ne ressente aucune mauvaise envie en se trouvant dans ce monde et que sa bataille contre le Yétser Hara soit couronnée de réussite.

Voir Akédat Its’hak [Rabbi Its’hak ‘Arama], chapitre 68, note 1, Sfat Emeth [Rabbi Yéhouda Aryeh Leïb Alter], Parachat Matot, année 5638 et Likouté Biourim Béséfer Hatania [Rav Yéoshoua Karf], volume 1, pages 10-14.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur