Aujourd'hui à Paris
06:15 : Mise des Téfilines
07:19 : Lever du soleil
13:53 : Heure de milieu du jour
20:28 : Coucher du soleil
21:14 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 10 Avril 2020 à 20:17
Sortie du Chabbath à 21:27

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

La validité du divorce et le consentement du mari

Rédigé le Lundi 12 Février 2018
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Pourquoi chez nous, seul l’homme a le droit de divorcer et pas la femme ?

Nous savons que chaque loi qui est écrite est parfaite, puisque faite par Hachem, comment donc comprendre le fait de devoir laisser des femmes n’ayant pas le Guèt ne pouvant se remarier ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
19219 réponses

Bonjour,

Première réponse [partielle]

En Israël, il y a de nombreux cas où les tribunaux rabbiniques usent de moyens de répressions pour obliger le mari à donner le Guèt [interdiction de sortie de territoire et confiscation du passeport, retrait de permis de conduire, etc.].

En France, le mari peut être contraint par les instances juridiques [abus de droit, préjudice causée en restreignant la liberté de la femme, pénalités, etc.].

Mais ATTENTION, dans certains cas, assez nombreux, la donation d’un Guèt sous pression [sans un consentement libre et entièrement volontaire du mari] n’est absolument pas valide et la femme reste mariée religieusement.

A ce sujet, voir, par exemple :

Rav Ovadia Yossef dans Yabi'a Omer, volume 3, Even Haézer, réponse 18,

L’ouvrage - Kfiya Béguet rédigé Rav Tsvi Gertner, traitant de ce sujet,

Rav Elyachiv dans Kovets Techouvot, réponse 180,

Yéchouroun, volume 8, année 5761, pages 516-536,

Yéchouroun, volume 13, année 5763, pages 588-598,

Morya, Iyar, année 5748 et 5753,

Rav Chalom Messas dans Te’houmine, volume 23, année 5763, pages 120-124,

Seconde réponse

Puisque je m’adresse à une personne brillante et douée d’une intelligence pénétrante, je me suffis de ce qui suit.

Dans le cadre de ces réponses, il n'est pas possible de détailler davantage.

Vous êtes certainement informé du droit de rétractation qui est le droit d'un consommateur d'annuler un contrat de vente, accordé pour une durée limitée. Il peut être contractuel ou légal.

En France, par exemple :

Le délai de rétractation est visé aux articles L 121-20 et suivant du code de la consommation.

Le délai de rétractation est de 14 jours en cas de démarchage, crédit, vente à distance, courtage matrimonial, immobilier ou pour l'ouverture d'un compte de dépôt.

Le délai est de 10 jours pour un crédit immobilier.

Le délai de rétractation est de 1 mois en assurance-vie.

[2é chambre civile 15 juin 1988 ; ou encore 2é chambre civile 12 décembre 1994.]

Source : Wikipédia.

A présent, je vous pose une question :

Quelle est la logique de ces lois ?

N.B.

Cliquez sur le lien qui suit, la question [mais pas la réponse] apporte de l’eau à votre moulin :

http://www.torah-box.com/question/pourquoi-une-femme-adultere-est-interdite-a-son-mari_22683.html

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur