Logo Torah-Box

Ma commande va être traitée Chabbath

Rédigé le Jeudi 23 Novembre 2017
La question de Moshé A.

Bonjour,

Qu'en est-il des démarches administratives, bancaires, commandes passés par Internet avant le Chabbath ou Yom Tov, mais pour lesquelles on sait que ça sera traité durant le Chabbath ?

Évidemment, il ne s'agit pas du cas où je sais que ça sera un juif qui le fera, mais du cas d'un magasin, comme une agence bancaire à Paris.

Merci d'avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38977 réponses

Bonjour,

Il y a de très nombreux détails à propos de telles questions.

Chaque cas de figure doit faire l’objet d’une analyse approfondie.

1. Le vendredi, vous « donnez » à un non-juif, ne se trouvant pas chez vous, l’ordre de réaliser une transaction ou d’effectuer une démarche quelconque

Si, jusqu’à l’entrée du Chabbath, il y a suffisamment de temps pour que la tâche soit réalisable, cela est permis [même si le non-juif la réalisera durant Chabbath]. Attention, il est interdit de lui dire de la réaliser durant Chabbath. Voir Choul'han ‘Aroukh, chapitre 252, Halakha 2 et Michna Broura, passage 19.

2. Si vous lui faites part de l’urgence de la tâche pour le dimanche, et qu’il doit, obligatoirement, travailler durant Chabbath pour satisfaire votre requête

Cela est interdit, car cela est considéré comme un ordre de la réaliser durant Chabbath. Voir Michna Broura, chapitre 252, passage 16.

3. Si, jusqu’à l’entrée du Chabbath, il n’y a pas suffisamment de temps pour que la tâche soit réalisable, mais que vous ne faites pas part d’une urgence quelconque

Cela est interdit car cela est considéré comme un ordre de la réaliser durant Chabbath. Voir Or’hot Chabbath, chapitre 23, Halakha 174. Cependant, si le non-juif est payé pour la tâche en question … voir paragraphe suivant.

4. Si, jusqu’à l’entrée du Chabbath, il n’y a pas suffisamment de temps pour que la tâche soit réalisable - 1. Que vous ne faites pas part d’une urgence et 2. Le non-juif est rémunéré [peu importe par qui]

Dans un tel cas, cela est permis. Voir Choul'han ‘Aroukh, chapitre 252, Halakha 2 et Or’hot Chabbath, chapitre 23, Halakha 174. Voir d’autres détails dans Védaber Davar, chapitre 1, Halakha 5 et notes 9-10.

5. Un autre jour de la semaine - pas le vendredi -, vous « donnez » à un non-juif, ne se trouvant pas chez vous, l’ordre de réaliser une transaction ou d’effectuer une démarche quelconque

Cela est permis à condition de ne pas lui dire de travailler durant Chabbath ou de lui faire comprendre qu’il y a une urgence [qui l’obligera à travailler durant Chabbath].

Pour les Séfarades, cela est permis, uniquement, si le non-juif est rémunéré.

Si depuis le moment de l’ordre jusqu’à l’entrée du Chabbath, il y a suffisamment de temps pour que la tâche soit réalisable, il est permis de dire au non-juif que la chose est urgente.

Tout n’a pas été dit à ce sujet, mais je pense que ce qui précède est suffisant pour répondre à votre question.

Je suis à votre entière disposition pour tout éclaircissement supplémentaire.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Michna : Baba Kama (expliquée par Kéhati)

Michna : Baba Kama (expliquée par Kéhati)

Commentaire de Kehati dans un langage simple et clair sur la Michna Baba Kama. 

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN