Aujourd'hui à Paris
07:30 : Mise des Téfilines
08:38 : Lever du soleil
13:00 : Heure de milieu du jour
17:23 : Coucher du soleil
18:13 : Tombée de la nuit

Paracha Bo
Vendredi 22 Janvier 2021 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:26
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Malade du Corona, puis-je m'interrompre pendant ma prière ?

Rédigé le Mercredi 2 Décembre 2020
La question de Nicolas B.

Chalom Rav,

Je viens d’être testé positif au corona.

Depuis deux, trois jours, cela m'a fortement fatigué et me donne des nausées.

Ai-je le droit de faire la Téfila et me couper de temps en temps pour récupérer et laisser passer les nausées ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
23797 réponses

Bonjour,

1. Dans votre situation, il est absolument permis de marquer des arrêts dans la prière afin de reprendre des forces.

2. Le seul endroit où il ne sera vraiment pas possible de s'interrompre est le début de la 'Amida. De suite après avoir dit "Baroukh ... Gaal Israël", il est obligatoire d'enchaîner avec la 'Amida. Donc, vous patienterez quelques instants avant de dire Hachem Séfatay Tifta’h..., afin de respecter cette Halakha. Voir Choul'han 'Aroukh, chapitre 66, Halakha 7-9.

3. Si la récitation de la 'Amida vous prend 8 minutes [par exemple] - Si la durée de votre temps de repos est supérieure à 8 minutes : dans certains cas, il faut reprendre la 'Amida depuis le début. Dans votre cas, ce n'est pas en vigueur, mais, dans la mesure du possible, il est préférable de ne pas s'arrêter durant plus de 8 minutes. Voir Choul'han 'Aroukh, chapitre 104, Halakha 5 et Halakha Broura, volume 5, pages 428-436.

4. Entre la fin de la 'Amida et Néfilat Apayim / Ta'hanounim, il est interdit de parler ou de s'interrompre en faisant toutes sortes de choses, sauf s'il s'agit d'une urgence. Voir Choul'han 'Aroukh, chapitre 131, Halakha 1 et Michna Broura, passage 1. Le silence n'est pas interdit, mais sans raison valable, cela est à éviter. A priori, il faut, de suite, enchaîner avec les Ta'hanounim et éviter même un silence. Donc, faites ce qui vous est possible, il n’y a rien à craindre.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN