Mariage : le judaïsme & la bague au doigt ?

Rédigé le Dimanche 16 Février 2014
La question de Bethsabee G.

Chalom Rav,

Je me fiance si D.ieu veut, dans 2 semaines et j'aimerais avoir quelques informations.

J'ai entendu, qu'il était interdit que mon fiancé me mette la bague au doigt, mais aussi qu'il me la donne devant 2 témoins.

J'aimerais savoir si cela est vrai et que faut-il donc faire ?

Merci et Chabbath Chalom.

La réponse de Rav Avner ITTAH
Rav Avner ITTAH
301 réponses

Bonjour,

C’est une question très importante que vous soulevez ici, il convient d’y donner quelques précisions.

Dans le traité Kidouchim (2a), il est enseigné qu’une des façons d’acquérir une femme et de la sanctifier selon notre Torah est de lui donner une somme d’argent minime (équivalent à une Prouta, environ 50 centimes d’Euros) ou tout objet qui aurait la valeur de cette somme d’argent.

Le Choul'han Aroukh (Even Haezer, chap 27, alinéa 1) enseigne qu’il est d’usage de donner une bague et de la mettre à son index.

Ceci est une coutume, si on lui a donné dans sa main ou dans un endroit qui est sa propriété ("Birechouta") avec son accord, elle sera mariée. Cela dit pour que le mariage soit effectif, il faudra quelques autres conditions :

1.       Que cet acte soit effectué devant 2 témoins emplis de crainte divine qui ne transgressent aucune loi de la Torah consciemment (chap 42).

2.        Que le 'Hatan ait l’intention de sanctifier la Kala et que la Kala ait l’intention de se marier à lui (chap 27).

3.       Que le 'Hatan et la Kala aient conscience que les témoins regardent l’acte des Kiddouchin (chap 42).

4.       Que le 'Hatan dise une phrase qui laisse entendre qu’il veut la consacrer, comme par exemple : "Tu es ma fiancée par cet anneau", "Tu es ma femme", ou "Tu m’es consacrée" (les autres langages sont référés dans le Choul'han Aroukh chap 27).

5.       Parfois, même si aucune phrase n’a été prononcé, mais que les fiancés parlaient ensemble de mariage, puis que le 'Hatan a transmis la bague ou l’argent, la Kala est consacrée, c’est-à-dire, mariée (chap 27).

Dans votre cas, au moment des fiançailles, il n’y a pas d’intention immédiate de mariage, mais plutôt une promesse, un engagement, une officialisation. Malgré cela, vu l’importance de cet acte qui vous interdit à tout autre homme et vous réserve uniquement à votre "fiancé-mari", il sera préférable de donner la bague à votre maman qui vous la remettra en mains propres.

Il est bien évidemment interdit de "jouer" avec cela et de faire de faux fiançailles, ou de rire de cela.

Que cette bague soit pour vous le symbole de l’éternité de votre couple.

Mékorot / Sources : Choul'han Aroukh - Even Haézer.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avner ITTAH