Aujourd'hui à Paris
07:02 : Mise des Téfilines
08:10 : Lever du soleil
12:37 : Heure de milieu du jour
17:03 : Coucher du soleil
17:52 : Tombée de la nuit

Paracha 'Hayé Sarah
Vendredi 22 Novembre 2019 à 16:45
Sortie du Chabbath à 17:55

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

"Mé'ène Chaloch" - "Boré Néfachot" : quand refaire la Brakha initiale ?

Rédigé le Mardi 23 Décembre 2014
La question de Amram A.

Bonjour,

J'ai récité une bénédiction et j'ai changé d'endroit : n'y a-t-il pas une différence entre les gâteaux et les 7 fruits d’Israël et tout autre aliment ?

Si la bénédiction finale est "Mé'ène Chaloch", alors il n'y aurait pas lieu de refaire la bénédiction initiale si je change de maison et si la bénédiction finale est "Boré Néfachot" alors oui il faudra la refaire ?

Qu'en est-il si je vais aux toilettes entre temps ?

Merci pour vos précisions.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
17195 réponses

Bonjour,

Afin de pouvoir répondre à votre judicieuse question [je dirais même : d'intérêt public], certaines nuances s'imposent. Il faut donc les apporter :

1. Si l'on sort à l'extérieur de l'immeuble ou du bâtiment.

2. Si l'on change de pièce à l'intérieur d'un appartement, ce n'est pas considéré comme un "Chinouy Makom - changement de place", cela n'influe pas sur les bénédictions.

3. Si l'on se déplace d'un appartement à l'autre dans un même immeuble : cette question fait l'objet d'un débat parmi les décisionnaires. Selon les uns, cela n'influe en rien. Selon les autres, les lois sont identiques au cas où l'on quitte l'immeuble ou le bâtiment.

4. Si l'on sort dans la cage d'escaliers : ce n'est pas considéré comme un "Chinouy Makom - changement de place", cela n'influe pas sur les bénédictions.

5. Si l'on sort dans son jardin [jardin privatif, adjacent à la maison] : ce n'est pas considéré comme un "Chinouy Makom - changement de place", cela n'influe pas sur les bénédictions.

6. Si l'on change d'étage dans une même maison : ce n'est pas considéré comme un "Chinouy Makom - changement de place", cela n'influe en rien sur les bénédictions.

Si l'on sort à l'extérieur de l'immeuble ou du bâtiment :

En ce qui concerne la Brakha précédant la consommation, il faut distinguer trois cas différents.

1. Hamotsi sur du pain : on n'est pas tenu de refaire la Brakha avant de continuer la consommation de pain en regagnant son premier emplacement [de nombreux décisionnaires Séfarades suivent cette opinion].

2. Mézonot, Boré Péri Haguéfen, Boré Péri Ha'èts sur les fruits suivants : la datte, la grenade, l'olive, la figue, le raisin : Etant donné que cette question fait l'objet d'un débat parmi les décisionnaires, il faut éviter une telle situation.

Si on est dans l'obligation de quitter les lieux, il faut réciter la Brakha finale avant de sortir du bâtiment.

Si l'on a tout de même quitté le bâtiment avant de réciter la Brakha finale : si l'on est dehors, on ne récite pas à nouveau la Brakha avant de poursuivre la consommation de ces aliments. Si l'on a regagné le premier emplacement, on récite tout d'abord la Brakha finale. On attend quelques minutes, et l'on récite à nouveau la Brakha initiale sur les aliments que l'on désire consommer.

3. Boré Péri Ha'èts sur les autres fruits, Boré Péri Haadama, Chéhakol : boisson, viande, poisson, œufs, etc. : on est tenu de refaire la Brakha initiale avant de poursuivre la consommation de ces aliments.

En ce qui concerne, la Brakha finale, il faut également distinguer trois cas différents.

1. Le Birkat Hamazone [après avoir consommé du pain] : Il est obligatoire de réciter le Birkat Hamazone à l'endroit où l'on a consommé son repas.

Si l'on a quitté les lieux, il est obligatoire d'y revenir afin de réciter le Birkat Hamazone, et ce, même si l'on se trouve à une grande distance.

Si l'on fait partie d'un groupe de voyageur et que l'on doit quitter les lieux en Bus ou autrement, et que les autres voyageurs ne sont pas d'accord d'attendre, il est possible de réciter le Birkat Hamazone dans le véhicule.

D'après certains décisionnaires Séfarades et la plupart des décisionnaires Ashkénazes : si au moment du Motsi on a l'intention de changer d'endroit au cours du repas, il est permis de quitter les lieux pour terminer son repas ailleurs et y faire le Birkat Hamazone [cf. Kaf Ha'haïm 178/32 et Michna Broura 178/40].

2. 'Al Hami'hya, 'Al Haguéfène, 'Al Hapérot [après avoir consommé du gâteau, du vin, ou l'un des cinq autres fruits d'Israël : la datte, la grenade, l'olive, la figue, le raisin] : A priori, il est préférable de réciter 'Al Hami'hya à l'endroit où l'on a consommé les gâteaux [il en est de même pour les fruits d'Israël]. Cependant, si on a quitté les lieux, il est préférable d'y revenir mais ce n'est pas une obligation [cf. Michna Broura 178/45, Kaf Ha'haïm 178/34].

3. Boré Néfachot [après avoir consommé une boisson, des fruits, de la viande, du poisson, des œufs, etc.] : A priori, il est préférable de réciter Boré Néfachot à l'endroit où l'on a consommé les boissons ou les aliments. Cependant, si on a quitté les lieux, il n'est pas obligatoire d'y retourner pour la réciter [cf. Michna Broura 178/36].

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Kaf Ha'haïm, Michna Beroura.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur