Aujourd'hui à Paris
06:43 : Mise des Téfilines
07:45 : Lever du soleil
13:41 : Heure de milieu du jour
19:37 : Coucher du soleil
20:21 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 2 Octobre 2020 à 19:08
Sortie du Chabbath à 20:12

Hiloulot du jour
Rav Itshak Zeev Halévi Soloveitchik
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Michpatim : pourquoi garder la femme et les enfants de l'esclave ?

Rédigé le Samedi 30 Mars 2019
La question de Myriam F.

Chalom Rav,

Pourquoi les maîtres gardaient-ils les femmes et les enfants des esclaves (Chémot 21, 4) ?

Un homme marié devrait pouvoir vivre avec sa femme et ses enfants dans la logique des choses.

Toda pour vos éclaircissements !

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22255 réponses

Bonjour,

1. La femme dont il s’agit dans le verset [Chémot 21, verset 4] n’est pas l’épouse juive avec laquelle l’esclave était mariée au moment où il était vendu. Cette dernière sortait avec ses enfants, à la fin du « contrat » et n'était pas gardée par le maître. Voir Chémot, chapitre 21, verset 3.

2. Lorsque la Torah dit « La femme et ses enfants seront à son maître et lui sortira seul » [Chémot 21, verset 4], il s’agit de la femme non-juive - propriété du maître - qu’il était en droit de donner à son serviteur afin qu’il engendre des serviteurs.

Quelle en est la raison ?

Il faut garder en mémoire que le serviteur en question était une personne qui tirait ses ressources, de délits de vol et qui n’avait pas de quoi rembourser. Il était vendu en tant qu’esclave afin que ses « dettes » soient remboursées.

S’il était marié, et seulement s’il était marié, le maître était en droit de lui donner une femme non-juive pour engendrer des serviteurs.

Voir Rachi sur Chémot 21, verset 3.

Durant toutes les années où il était au service du maître, ce dernier avait l’obligation de subvenir [également] aux besoins de la femme et des enfants du serviteur qu’il avait avant d’être vendu.

Afin d’être indemnisé [suite aux frais que cela entraînait], la Torah lui permet d’agir de la sorte afin d’avoir de nouveaux serviteurs.

Voir Cha'aré Aharon sur Chémot 21, verset 4 au nom de Rabbénou ‘Hizkiya, l’auteur du ‘Hizkouni.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN