Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:21 : Mise des Téfilines
08:27 : Lever du soleil
13:03 : Heure de milieu du jour
17:39 : Coucher du soleil
18:28 : Tombée de la nuit

Paracha Michpatim
Vendredi 28 Janvier 2022 à 17:23
Sortie du Chabbath à 18:34

Hiloulot du jour
Rav Israël Lipkin Salanter
Afficher le calendrier

Ne pas faire une Mitsva = faire une 'Avéra ?

Rédigé le Mercredi 2 Septembre 2020
La question de Mickaël S.

Bonjour,

Si, par exemple, on ne fait pas la 'Amida trois fois par jour, est-ce considéré comme une 'Avéra ?

Car si on fait de bonnes actions, cela va créer des forces du bien et si on fait de mauvaises actions, cela va créer des forces du mal ; mais si on est dans une situation où on ne fait ni quelque chose de bien ni de mal, est-ce que cela va créer des forces du mal ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28969 réponses

Bonjour,

Le fait même de ne pas faire une Mitsva positive est une faute très grave même si cela "se fait" d'une manière passive ! [Hachem demande de faire et l'on désobéit ?!]

Il y a de nombreuses Mitsvot dont la transgression se fait d'une manière passive.

Exemples :

1. Celui qui n'a pas mérité d’avoir la Brit Mila après sa naissance, a l'obligation de s'en occuper lorsqu'il grandit. Quiconque reste passif et quitte ce monde sans Brit Mila, est passible de Karet - retranchement [du monde futur]. Voir Rambam, Hilkhot Mila, chapitre 1, Halakha 2 et Min'hat 'Hinoukh, Mitsva 7.

2. Quiconque aperçoit la perte de son ami et ne lui rend pas [Dévarim 22, verset 3],

3. Quiconque aperçoit un nécessiteux et ne lui vient pas en aide [Dévarim 15, verset 7],

4. Quiconque refuse de consommer le Korban Pessah, le soir du 15 Nissan [Chémot 12, verset 8], etc.

La Makat Mardout est une punition-instauration de nos Sages, les ‘Hakhamim, ayant pour but de punir certains fauteurs : 1. Ceux qui refusent d’accomplir une Mitsva positive, 2. Ceux qui refusent de respecter les décisions des ‘Hakhamim ou des tribunaux. Mardout vient de Mérèd signifiant rebelle. Voir Rabbénou Nissim sur Talmud, Ketoubot chapitre 4.

Le nombre de coups peut varier en fonction de la gravité de la faute. D’après certains de nos maîtres, le fauteur peut recevoir bien plus que 39 coups jusqu’au moment - non inclus - où il risque de perdre la vie. Voir Or Saméa’h, Hilkhot Guirouchine, chapitre 2, Halakha 20, passage Vélakhène.

D’après certains, le tribunal peut lui donner des coups et le faire mourir s’il s’entête à refuser. Voir Mechovèv Netivot, chapitre 3, passage 1, passage ‘Od.

Selon d’autres, le fauteur reçoit au maximum, 13 coups.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN