Aujourd'hui à Paris
04:18 : Mise des Téfilines
05:49 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
21:58 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Chéla'h Lekha
Vendredi 28 Juin 2019 à 21:40
Sortie du Chabbath à 23:04

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Origine de la séparation hommes-femmes à la synagogue

Rédigé le Mardi 18 Juillet 2017
La question de Stephen A.

Bonjour Rav,

Je souhaite avoir les arguments pour pouvoir répondre à ceux qui sont pour l'égalité dans une synagogue.

D'où la séparation dans la synagogue tient son origine et pourquoi cela fait partie de notre tradition ?

Il me semble que cela vient de l'époque du Beth Hamikdach où les femmes ont été relayées à un étage, mais pourquoi exactement ?

Auriez-vous, pour accompagner vos réponses, des références textuelles, dans le 'Houmach ou autre ?

Toda Rabba.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
15298 réponses

Bonjour,

Je vous conseille de ne pas vous plonger dans une discussion traitant de ce sujet. Mieux vaut investir des efforts dans d’autres domaines.

Si vous y tenez tellement, voici quelques détails.

1. La séparation par une Mé'hitsa entre les femmes et les hommes dans une synagogue est doublement nécessaire.

Non seulement, du fait qu'il est obligatoire de s'éloigner de toutes sortes de "relations" illicites, mais aussi parce qu'il est obligatoire d'avoir une certaine conduite dans un lieu où réside la Chékhina [Présence Divine].

Or, sans Mé'hitsa conforme aux exigences de la Halakha, il est difficile de faire régner une atmosphère saine et pure n'ayant aucun défaut d'ordre moral.

A ce sujet, voir Choul'han 'Aroukh, chapitre 151, 1.

Le consensus règne sur cette question : la Mé'hitsa doit mesurer au minimum 1.80 mètres.

Qu'il soit dit au passage, d'après certains décisionnaires, il est préférable que la partie de la synagogue réservée aux femmes soit en hauteur afin d'éviter plusieurs complications.

2. En 1865, un grand rassemblement eut lieu en Europe. Plusieurs décisions furent prises à l'unanimité des sommités rabbiniques et des décisionnaires présents.

L'une d'entre elles : « Dans toutes synagogues, la Mé'hitsa doit obligatoirement être suffisamment opaque afin qu'il ne soit pas possible de voir les femmes se trouvant de l'autre côté [...]. Il est strictement interdit de pénétrer dans une synagogue n'ayant pas une telle Mé'hitsa, que ce soit en semaine ou durant les fêtes ».

Le constat de ces idées est suffisamment édifiant pour se passer de commentaires.

3. La nécessité de faire une séparation lorsque des hommes et des femmes se trouvent dans un même endroit est mentionnée dans la Michna - Soucca, chapitre 5, Michna 2.

De très nombreux décisionnaires pensent qu'à partir de l'âge de 5-6 ans la séparation est une obligation.

Le Rav Ovadia Yossef ainsi que le Rav Kook se prononcent à ce sujet dune manière catégorique.

Voir [entre autres] Yabi'a Omer volume 4, Even Haézer question 4 et la lettre du Rav Kook dans Igrot Haraya Kook 392.

4. Une question intéressante est mentionnée dans les écrits de nos maîtres : La séparation est-elle une obligation dans les transports en commun ?

Réponse : la séparation par une Mé'hitsa n'est pas une obligation, mais la manière de s'asseoir doit être soumise à certaines règles [qu'il n'est pas possible de détailler dans le cadre de cette réponse - à ce sujet, voir Iguerot Moché Yoré Déa partie 1, question 137 et Iguerot Moché Even Haézer partie 2, question 14].

5. Certains décisionnaires pensent que, durant le repas d'un Chéva' Brakhot, si les femmes et les hommes ne sont pas séparés, il ne faut pas réciter l'une des 7 Brakhot.

Cette question fait l'objet d'un débat parmi de nombreux décisionnaires; elle montre, cependant, la gravité du problème.

6. Pour les mariages et Bar Mitsva, etc. : il va sans dire que, d'après la Halakha, il n'est pas permis d'installer les hommes et les femmes à une même table.

Lors des repas de famille élargie : « généralement », on ne met pas de Mé'hitsa, mais les hommes et les femmes ne mangent pas à la même table.

Il peut y avoir certaines dérogations, mais il est indispensable de s'adresser à un Rav compétent avant d'agir dans un sens ou dans un autre.

Pour d'autres références à ce sujet, voir Igrot Moché, Ora'h 'Haïm, volume 1, réponses 39-41, Ora'h 'Haïm, volume 3, réponse 23, Chévet Halévi, volume 1, réponse 29, Seridé Ech, volume 2, réponse 8 et 11.

7. Voir encore :

http://www.torah-box.com/question/puni-pour-les-actes-et-non-les-pensees_18738.html

http://www.torah-box.com/question/aller-au-cinema-permis_4057.html

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur