Aujourd'hui à Paris
06:27 : Mise des Téfilines
07:30 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
20:20 : Coucher du soleil
21:06 : Tombée de la nuit

Paracha Tsav
Vendredi 3 Avril 2020 à 20:07
Sortie du Chabbath à 21:15


Hiloulot du jour
Rav 'Haïm Aboulafiah
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Père juif, mère non-juive : non-juif à tout égard ?

Rédigé le Mardi 23 Septembre 2014
La question de Anthony A.

Chalom Rav,

Pourquoi une personne née d'une union d'une non-juive avec un juif a le même statut que quelqu'un n'ayant aucun lien avec le judaïsme concernant la conversion Cachère (en France en tout cas) ?

Merci !

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
19104 réponses

Bonjour,

La loi concernant la religion des enfants issus de mariages mixtes est mentionnée dans Dévarim (Deutéronome), chapitre 7, versets 3-4.

Il est indispensable de lire l'explication de Rachi sur le verset en question afin d'en comprendre correctement le sens simple.

Cette interdiction est également reprise dans les Prophètes : Malachie chapitre 2, versets 11-12.

Cette loi est en vigueur partout dans le monde.

Elle fait partie des 'Houkim / ordonnances divines comprenant les commandements et les lois dont les buts et le sens ne sont pas nécessairement perçus par l'entendement humain.

Elles émanent directement de l'intelligence divine. Il est évident que l'impuissance de la raison humaine à les comprendre montre nos limites.

Néanmoins, les commandements et les lois faisant partie de cette catégorie ne sont pas "sans raisons", leur logique est divine.

Les plus grands hommes de notre peuple pouvaient en comprendre une partie.

Le roi Chlomo recherchait le substrat rationnel de tous les commandements et parvint à trouver l'explication de chacun d'entre eux, excepté celui de la vache rousse.

Il rendit la Torah chère au cœur de tout le peuple, car il avait l'art d'illustrer le sens de chaque loi au moyen d'une parabole et pouvait citer 1005 raisons différentes à l'appui de toute ordonnance rabbinique (combien, à plus forte raison, cela était vrai pour les ordonnances d'ordre Toraïque).

Il avoue cependant : "J'ai pensé me rendre maître de la sagesse, mais elle s'est tenue loin de moi" (Kohélet 7, 23).

En d'autres termes, la sagesse et la COMPREHENSION consistent avant tout à réaliser que l'incapacité de l'homme à comprendre la vérité et le sens profond des différentes lois ne les remet pas en cause.

Certains de nos maîtres donnent la raison suivante : la Torah respecte (vraiment) l'être humain. Elle prend en considération le moindre effort fourni par celui-ci.

La maman a tellement souffert durant les 9 mois de gestation qu'on ne pourra pas lui retirer le nouveau-né. Il est à elle. Elle a tellement contribué et coopéré dans la naissance en question que la Torah lui fait cadeau du nourrisson. Ce dernier fera partie de son peuple et aura sa religion : à elle, totalement et entièrement.

Cette raison n'est qu'une "cerise (parmi tant d'autres) sur le gâteau", je souhaite que très bientôt vous mériterez de consommer également le "gâteau".

(Une partie de cette réponse reprend succinctement des idées mentionnées dans les écrits du Rav Munk [in La voix de la Torah, Bamidbar 19] et dans Le 'Houmach édité aux éditions Artscroll.)

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
l
Projet dédié par un généreux donateur