Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:19 : Mise des Téfilines
05:50 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
21:57 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Kora'h
Vendredi 1er Juillet 2022 à 21:39
Sortie du Chabbath à 23:03
Afficher le calendrier
Projet dédié par un généreux donateur
Vidéo Importante
Torah-Box & vous
Mercredi 29 Juin 2022

Porter la marque "Nike", permis ?!

Rédigé le Dimanche 19 Juin 2022
La question de Anonyme

Chalom Rav,

Je vois des gens religieux porter des vêtements de la marque Nike. Or, le nom "Nike" fait référence à une déesse grecque du nom de "niké".

Pourquoi ne pas les interdire ?

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
6730 réponses

Chalom Ouvraha

Le mot Nike et le nom de la déesse grec, n'ont rien a voir puisque la prononciation finale n'est pas la même.

De plus, nous retrouvons plusieurs noms communs, qui sont des noms de avoda zara, par exemple ''Dan'' [Chabbat 65b] ou Miriam [la mère de j-c] et donc puisqu'il y a un interdit de mentionner les noms des idoles [Chmot 23-13] il devrait y avoir un interdit de nommer son fils Dan ou sa fille Miriam [voir Choulhan Arouh yore dea 146-1].

Et pourtant nous constatons que la tribut de Dan a même nomme une des villes d'israel ''Dan'' [Yeochoua 19-47], et le nom de Miriam est très rependu.

Aussi, le nom de Dan n'etait-il pas écrit et grave sur les pierres précieuses du pectoral du grand Cohen. 

En effet le verset [yeochoua 19] nous précise, que ce nom est du au fait que la tribut de dan voulait donner le nom de Dan qui était leurs ancêtre.

C'est donc forcement que 'interdit de faire mention de nom d'avoda zara ne concerne uniquement les cas ou on fait allusion et que l'on pense a celle ci [voir Sanhedrin 23 et 63b] mais si notre intention est de nommer par un simple nom qui par hazard coïncide avec le nom d'une idole [qui n'existe plus] cela n'est plus interdit [voir Yereim siman 75, Havot yair siman 1 note 11 et 12, rapporte dans le Michne Halahot tome 9-169, Yossef omets siman 11 et Agahot Maymonyot chapitre 5 fin des halahot de avoda zara, darke moche yore dea siman 147, responsadu Rav Ezriel Edelsheimer tome 1 yore dea 180, et Yabia Omer yore dea tome 3-9 et orah haym tome 9-1 note 3].

Nous retrouvons déjà cette démarche, dans les propos du Rama [orah haym siman 156], qui nous donne des dérogations lorsque l'on ne fait plus allusion a l'idolâtrie, comme de nos jours.

Il y a une discussion a savoir si nous pouvons écrire les noms des idoles sans en faire mention verbalement [voir Michne Halahot].

Dernier exemple, il y a des ordinateurs qui portent le nom de ''zeuslap'' qui était aussi un dieu grec, et il est permis de procéder et de mentionner ce nom, car il ne s'agit de nos jours, que d'une simple marque.

Kol Touv 

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA
Projet dédié par un généreux donateur