c Question au Rav : Pourquoi dire Léhania'h Téfilines alors que nous les nouons ?

Pourquoi dire "Léhania'h Téfilines" alors que nous les nouons ?

Rédigé le Lundi 23 Avril 2018
La question de Elie D.

Bonjour,

Dans le Chéma', il est dit : "Oukchartèm Léot 'Al Yadékha", qu'il faut "nouer" les Téfilines, alors pourquoi, lorsque l'on récite la bénédiction, nous disons "Léhania'h Téflines" "poser" les Téfilines" ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27387 réponses

Bonjour,

Vous posez une excellente question.

Elle a été posée par l’auteur du Bayit ‘Hadach-Ba’h, Rabbi Yoël Sirkiss [1561-1640], Ora’h ‘Haïm, chapitre 25, passage Véim Tomar, page 111 de l’édition Chirat Deborah - Makhone Yérouchalayim et Rabbi Yossef Trani [1568-1639] dans Chout Maharit, volume 2, Ora’h ‘Haïm, réponse 7 [et sûrement, par de nombreux autres géants de la Torah], rapporté par Rabbi Akiva Eigger, passage 6 sur Choul’han ‘Aroukh - Ora’h ‘Haïm, chapitre 25, Halakha 5.

Il est vrai que le terme Oukchartam aurait dû être employé dans la Brakha, et nous aurions dû dire Vétsivanou Likchor [attacher] Téfilines, mais nos Sages [ayant rédigé le texte des Brakhot] ont jugé utile d’employer le terme Léhania’h [poser], pour éviter une erreur et pour la raison suivante :

Pour bien mettre en évidence que la Mitsva des Téfilines ne se limite pas à l’instant où on les attache sur le bras, mais à toute la durée durant laquelle ils sont posés sur notre bras et sur notre tête.

Elle se prolonge dans le temps afin que l’on puisse prendre conscience de la meilleure manière qu’Hachem est Le Maître du monde, que nous sommes Ses serviteurs et que chaque pensée et chaque action doit être investie des pensées les plus pures.

Nous disons, donc, Léhania’h Téfilines pour bien montrer que la Mitsva consiste à les poser - pour une durée assez conséquente - sur le bras et non, uniquement, à les attacher - Likchor - durant quelques instants.

En fait, il est absolument possible d'affirmer que lorsque la Torah emploie les termes Oukchartam Léot [attacher], elle fait allusion à une action d’attacher ayant pour but d'en faire un Ot - un signe. Une telle action n'est possible que si la pose des Téfilines se fait pour une durée assez conséquente. Donc, nos Sages ont choisi un langage, qui, pour les hommes, traduit cette idée de la meilleure manière.

Rabbi Yossef Trani nous dévoile [entre autre] que le terme Léhania’h fait allusion à de nombreuses lois d’une importance majeure dans l’accomplissement de cette Mitsva. En effet, il n’est pas possible de les poser à n’importe quel endroit, de n’importe quelle manière, et lorsqu’on les porte, il y a de nombreuses lois à respecter.

Il rapporte une autre réponse que nous ne rapportons pas ici, mais qui est développée dans l’excellent ouvrage Peri Eli'ézer - Kécher Chel Téfilines [Rabbi Eliezer Halévi Polak], pages 575-592.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN