Pourquoi faire la Brit Mila précisément à cet endroit ?

Rédigé le Mardi 17 Mars 2020
La question de Anonyme

Bonjour,

Pourquoi la circoncision pour sceller l'alliance avec D.ieu n'est-elle pas faite à un autre organe du corps ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28321 réponses

Bonjour,

L'auteur du Séfer Ha'hinoukh, Mitsva 2, explique :

Hachem a voulu marqué le peuple ayant accepté Sa Torah d'une manière particulière, à l'endroit du corps où se trouve le membre permettant la procréation et, ce, afin de bien montrer que toute notre existence doit lui être vouée.

D'ailleurs, d'après certains de nos Sages [Rabbi Yoshiya], l'endroit de la Brit Mila est déduite de la comparaison entre deux mots - ‘Orlato - figurant à deux endroits de la Torah [Béréchit, chapitre 17, verset 14 et Vayikra, chapitre 19, verset 23], indiquant qu’il s’agit du membre qui est à l’origine de la procréation.

Selon d’autres [Rabbi Nathan], la déduction est faite à partir d’un mot de la Torah [Béréchit, chapitre 17, verset 14] indiquant qu’il s’agit du membre qui différencie le garçon de la fille.

Voir Talmud Chabbath 108a et Tossefta - Chabbath, chapitre 15, Midrash Rabba, chapitre 46, passage 5 sur Béréchit, pour des détails à ce sujet.

Il est à noter que la Brit Mila est une Mitsva faisant partie des commandements Divins constituant un 'Hok, c'est-à-dire une loi dont les motifs sont inconnus. Voir Midrash Tan'houma, chapitre 17 sur Béréchit. Mais, écrit le Rav Munk : "La recherche des raisons possibles est recommandée dans l’intérêt d'une meilleure réalisation de la valeur éducative et morale de la Mitsva."

Rav Munk poursuit : "La Brit Mila demeure, pour nous, le sceau Divin gravé dans notre chair pour sanctifier l'instinct le plus puissant et le plus empreint de sensualité. Aucune des facultés qu'Hachem a mises en nous n'est bonne ni mauvaise dans l'absolu. Tout dépend de l'emploi que nous en faisons. La Torah a voulu donner à ses enfants, à côté d'une liberté morale entière, les moyens d'en faire le meilleur usage. En apposant le cachet Divin sur le corps humain, la Torah sanctifie [la vie et son attachement au Créateur ainsi que] l'instinct le plus violent. Elle invite l'homme qui, par ce signe de l'alliance, prend conscience de la Divinité jusqu'au fond de son être, à entrer dans le cercle des "serviteurs de D.ieu" pour que l'homme entier devienne le parfait artisan du plan Divin."

Voir La voix de la Torah sur Béréchit, chapitre 17, verset 10.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN