Aujourd'hui à Paris
06:24 : Mise des Téfilines
07:27 : Lever du soleil
12:35 : Heure de milieu du jour
17:41 : Coucher du soleil
18:27 : Tombée de la nuit

Paracha Lekh Lékha
Vendredi 30 Octobre 2020 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:20
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Pourquoi le Korban Pessa'h est si important ?

Rédigé le Dimanche 18 Février 2018
La question de Elie A.

Bonjour Rav,

Pourquoi le Korban Pessa'h est si important que l'on mérite Karèt si on ne le fait pas ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22619 réponses

Bonjour,

Hachem souhaitait montrer publiquement, sans le moindre doute, que c'était l'agneau, l'objet de la vénération des Égyptiens, que l'on égorgeait là, et non un autre animal.

Il ordonna donc de ne pas le faire cuire dans une marmite car celle-ci pourrait être couverte.

On ne pouvait le faire griller que sur un feu ouvert. De plus, les mets rôtis émettent une odeur beaucoup plus forte que les plats cuisinés. Il était rôti entier pour que tout le monde voie qu'il s'agissait d'un mouton.

L'agneau devait aussi être rôti pour symboliser la loi de la Torah qui veut que les idoles soient brûlées. On ne devait consommer l'agneau qu'après le repas et non pas le dévorer affamé, en signe de mépris pour l'idole égyptienne.

En offrant en sacrifice les bêtes adorées par les Égyptiens [qu'ils avaient aussi servis], les Bné Israël allaient expier la faute d'idolâtrie qu'ils avaient commise.

De plus, le fait de voir les idoles des Égyptiens attachées au pied de leurs lits, bêlant désespérément, face aux Égyptiens impuissants, allait renforcer leur Emouna [foi] en Hachem.

Karèt, la plus grave des punitions, est réservée à celui qui transgresse les points les plus forts de la religion.

A propos de Karèt, voir :

http://www.torah-box.com/question/difference-entre-les-peines-de-mort_4802.html

Explications :

Hachem donne l'ordre d'offrir le sacrifice de Pessa'h et d'observer Pessa'h dans toutes les générations.

Le premier Nissan, Hachem donna à Moché et Aharon de nouvelles Mitsvot.

"Dites aux Bné Israël, aujourd'hui même, ordonna Hachem, que le dix du mois de Nissan, chaque chef de famille devra prendre un agneau, mâle, et âgé de moins d'un an. Il l'attachera au pied de son lit pendant quatre jours pour l'examiner et vérifier qu'il est sans défaut et apte à servir de Korban. Dans l'après-midi du quatorze Nissan, un représentant de la famille le sacrifiera en tant que Korban Pessa'h.

- Maître de l'univers, objecta Moché, comment puis-je leur demander d'égorger l'idole des Egyptiens ?

- Je jure qu'ils ne sortiront pas de ce pays sans avoir égorgé les dieux de l'Egypte, et sans avoir montré leur inanité", répondit Hachem.

Hachem donna à Moché et Aharon des instructions détaillées et leur ordonna : "Après avoir égorgé l'agneau, vous laisserez son sang couler dans un récipient, vous y tremperez un bouquet d'herbes d'hysope, et vous mettrez un peu de sang sur les montants et le linteau de la maison dans laquelle le Korban Pessa'h va être mangé."

Pourquoi Hachem a-t-Il ordonné de tremper l'hysope dans le sang ?

L'hysope est un arbuste très bas. Hachem faisait ainsi une allusion aux Bné Israël : "Bien que les Egyptiens vous méprisent comme l'hysope, à Mes yeux vous êtes précieux."

Le linteau, qui est plus haut que les montants, représente Avraham, et les deux montants, Its’hak et Ya'acov, pour montrer que les Bné Israël seraient épargnés de la mort des premiers-nés par le mérite de leurs pères, le leur étant insuffisant.

Nos ancêtres sont représentés par les montants pour signifier que, de même que les montants ne sont jamais détachés de la porte, de même nos Patriarches ne se sont jamais écartés d'Hachem.

Hachem ordonna : "La viande de l'agneau devra être mangée la nuit du quinze Nissan. Elle devra être entièrement rôtie au feu et consommée avec les Matsot et le Maror. Il faudra la manger entièrement avant l'aube, et s'il en reste une partie, on la brûlera le matin du second jour [c'est-à-dire le lendemain de Yom Tov]. Vous la mangerez à la hâte à la fin du repas, vos ceintures ceintes, vos chaussures aux pieds, votre bâton à la main, tous prêts à quitter l'Egypte immédiatement."

Hachem expliqua à Moché et à Aharon que ce sacrifice s'appelera Korban Pessa'h car Hachem sautera [Passa'h veut dire passer par-dessus] les maisons des Bné Israël en voyant le sang sur leurs montants et leurs linteaux, et épargnera les premiers-nés.

Le roi envoya le message suivant à son fils : "Demain, la Cour Suprême va se réunir pour punir de la peine capitale tous les traîtres du royaume.

Je sais que tu as eu affaire, également, avec ces traîtres. Je te conseille de venir me voir demain lors de la réunion de la Cour et de m'offrir un présent. Le jury verra ainsi que tu es fidèle à la Couronne et n'osera pas t'inclure dans la sentence réservée aux criminels !"

De même, Hachem ordonna aux Bné Israël d'offrir le Korban Pessa'h et de mettre son sang sur les montants et les linteaux au moment où les Egyptiens allaient être punis.

En fait, il n'y avait pas besoin de signe pour distinguer les maisons des Egyptiens de celles des Juifs. Mais le sang servait à montrer que les Bné Israël répudiaient publiquement l'idolâtrie égyptienne et qu'ils étaient de ceux qui suivent Hachem.

En agissant ainsi, ils démontraient qu'ils étaient dignes d'être sauvés.

En plus des lois du Korban Pessa'h, Hachem ordonna que le quinze Nissan soit observé chaque année comme le premier Yom Tov de Pessa'h. Les Bné Israël ne devraient plus posséder de 'Hamets dès le quatorze Nissan au matin, et ce, pendant sept jours consécutifs. Ils devraient manger le Korban Pessa'h chaque année, avec des Matsot et du Maror la nuit du quinze Nissan, en souvenir éternel de leur délivrance d'Egypte.

Les Bné Israël font la Mila et offrent le Korban Pessa'h

Moché rapporta aux Bné Israël les commandements divins concernant le Korban Pessa'h. Il conclut en annonçant : "Lorsque vous entrerez en Erets Israël et que vos enfants vous poseront des questions sur la signification de l'agneau offert, vous leur direz : C'est le sacrifice de Pessa'h pour Hachem Qui est passé par dessus nos maisons en Egypte et nous a délivrés."

En entendant les paroles de Moché, les Bné Israël inclinèrent leurs têtes et se prosternèrent pour remercier Hachem car ils comprenaient la portée de son message : ils allaient bientôt être rachetés et allaient entrer en Erets Israël.

Ainsi que Hachem l'avait ordonné, chaque chef de famille attacha un agneau à son lit, le dix Nissan.

Lorsque les Egyptiens virent leurs dieux sur le point d'être sacrifiés, ils pleurèrent, car ce spectacle était plus dur à supporter que toutes les plaies. Mais ils n'osèrent pas faire de mal aux Juifs.

Le quatorze Nissan, Hachem expliqua à Moché et Aharon les conditions à remplir pour pouvoir prendre part au Korban Pessa'h.

Il ne fallait pas briser un seul os du Korban Pessa'h. Après avoir consommé le Korban, les Bné Israël devaient jeter les os intacts sur les places de marché au vu et au su de tous les Egyptiens. Lorsque Moché ordonna aux Bné Israël de se circoncire pour pouvoir prendre part au Korban Pessa'h, beaucoup hésitèrent.

Hachem ordonna donc à Moché de rôtir immédiatement son propre Korban Pessa'h. Il ordonna aux vents du Gan Eden de s'attacher à ce Korban, et de diffuser son arôme dans toute l'Egypte. Sa délicieuse odeur était si puissante que les Bné Israël affluèrent vers Moché et le supplièrent : "S'il te plaît, laisse-nous goûter de ton Korban Pessa'h !"

Mais Hachem ordonna à Moché et à Aharon de ne laisser que ceux qui étaient circoncis y prendre part. Tous les Bné Israël, sans exception, acceptèrent immédiatement de faire la Brit Mila.

Ils furent circoncis par Moché et Yéhochou'a.

De nombreux Egyptiens [connus sous le nom de 'Erev Rav - Chémot 12, verset 38] désireux de se joindre aux Bné Israël firent aussi la Brit Mila et devinrent des Guérim [convertis] afin de prendre part au Korban Pessa'h.

Les Bné Israël possédaient à présent deux Mitsvot grâce auxquelles ils méritaient d'être sauvés : le sang du Korban Pessah et le sang de la Brith-Mila, qui prouvaient tous deux leur engagement envers Hachem.

Le quinze Nissan à minuit, Hachem passa par dessus les maisons juives. Il embrassa, si l'on peut dire, chacun des Bné Israël pour avoir offert le Korban Pessa'h et fait la Brit Mila.

L'expression Hachem a "embrassé" les Bné Israël signifie qu'à travers la Brit Mila ils ont atteint un niveau plus élevé de Kédoucha et de proximité par rapport à la Chékhina.

Détails recueillis de l’excellent ouvrage Le Midrash raconte - Chémot.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN