Aujourd'hui à Paris
07:29 : Mise des Téfilines
08:37 : Lever du soleil
13:01 : Heure de milieu du jour
17:25 : Coucher du soleil
18:15 : Tombée de la nuit

Paracha Vaéra
Vendredi 24 Janvier 2020 à 17:16
Sortie du Chabbath à 18:27


Hiloulot du jour
Rav Matslia'h Mazouz
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Praticien homme pour femmes

Rédigé le Dimanche 11 Novembre 2018
La question de Anonyme

Chalom Rav,

L'autorisation qui permet à un médecin de traiter une femme ou d'écouter une femme chanter pour calmer le bébé qui se fait soigner est basée d'après la loi de Taroud Bimlakhto (occupé à son travail).

Si le médecin arrive à penser à autre chose pendant son travail (ce qui me semble être le cas de la majorité des médecins), comment peut-il alors traiter des femmes, puisqu'il perd ce statut, ou comment peut-il garder ce statut ?

En tant que médecin, je suis capable de traiter un patient et de préparer un cours et je ne penses pas être un génie.

Kol Touv.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
17959 réponses

Bonjour,

La permission de Taroud Bimlakhto ou, comme elle est rapportée dans les écrits de nos maîtres, Bé’avidté Tarid, est basée sur le fait que le contact [toucher] est réalisé dans un but médical, uniquement, et non pour toute autre intention [Négui’a Chel ‘Hiba].

Voir Darké Techouva, chapitre 157, passage 8, Gan Naoul, volume 3, pages 522-569, Iguerot Moché, Yoré Déa, volume 3, réponse 54, Zéra’ Emet, réponse 116, ‘Arokh Hachoul’han , chapitre 195, Halakha 26.

Cependant, depuis une certaine époque, de très nombreux médecins ne sont plus aussi concentrés durant l’exercice de leur fonction et n’ont plus la même Yirat Chamayim [crainte du Ciel] que les médecins d’autrefois. Donc, les Posskim [décisionnaires] ont remis en question le traitement médical des femmes par un homme et vice versa.

L’auteur de l’ouvrage Gan Naoul [volume 3, chapitre 17], Rav Yaacov Lévy a réalisé un excellent travail à ce sujet en regroupant les différentes opinions et les références sur lesquelles s’appuient ceux qui adoptent une attitude [vraiment] permissive, en cas de force majeure.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur