c Question au Rav : Prélèvement pour réaliser un spermogramme

Prélèvement pour réaliser un spermogramme

Rédigé le Mercredi 18 Novembre 2015
La question de Anonyme

Bonjour,

Je voudrais savoir si la Halakha autorise de faire un prélèvement en vue de réaliser un spermogramme ou une spermoculture ?

Merci par avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27713 réponses

Bonjour,

1. Pour un jeune couple, il n'est pas possible de penser à un spermogramme [examen en laboratoire du liquide séminal] ou une spermoculture [culture du liquide séminal pour y trouver certains microbes] dans les deux années qui suivent un mariage.

D'après certains décisionnaires, il faut attendre cinq ans. Iguerot Moché - Even Haézer, volume 2, question 16.

2. Même une fois les deux années passées, cela reste interdit tant qu'un diagnostic fiable concernant la femme n'a pas été établi : ovulation précoce, etc.

L'ovulation précoce est soignable.

3. S'il a été prouvé que l'origine du problème ne se trouve pas chez la femme, il est permis de transmettre le liquide séminal en suivant la procédure suivante :

Il est préférable que le sperme soit prélevé du corps de la femme après un rapport.

Si pour des raisons invoquées par les médecins [ce qui est fort possible], cela n'est vraiment pas envisageable, le mari peut utiliser un préservatif lors du rapport afin de le transmettre aux médecins.

Certains décisionnaires disent que dans une telle éventualité, il est préférable de le percer légèrement.

Attention : certains préservatifs contiennent des substances portant atteinte à la qualité du liquide séminal. 

Les détails précédents sont tirés des références suivantes :

Rav 'Haïm Ozer Grodzinski dans Chout A'hiézer, volume 3, question 24,

Tsits Elézer, volume 9, question 51,

Tsits Elézer, volume 21, question 36,

Iguerot Moché - Even Haézer, volume 2, question 16,

Min'hat Its'hak, volume 3, question 108,

Rav Zilbersteïn dans Chi'ouré Torah Lérofim volume 4, chapitre 251 et 252.

Nichmat Avraham édition 5763, volume 3, chapitre 23.

Je suis à votre disposition pour toute question supplémentaire.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

N.B.

Ci-dessous, quelques "petits" conseils qui se sont avérés plus que bénéfiques. Cela ne coûte rien et cela peut rapporter "gros".

1. Le papa doit faire tous les efforts possibles pour prier trois fois au Beth-Haknesset, tous les jours, et surtout Cha'harit afin d'être présent au moment de la Birkat Cohanim.

2. Tous les jours : donner une pièce à la Tsédaka et prier dans votre langue pour être exaucé.

3. Faites de même tous les vendredis au moment de l'allumage des Nérot de Chabbath.

4. Lorsque la boite est pleine, transmettez le contenu à une famille nécessiteuse, au responsable d'un Kollel, ou à une jeune fille qui doit se marier et qui n'a pas les moyens.

5. L'étude des lois du Chabbath est grandement bénéfique.

6. Récitez le Birkat Hamazone à voix haute, dans un Siddour, et sans être occupé à autre chose du début à la fin. Vous et votre mari.

7. Il faut inviter chez soi, pour le Chabbath et les fêtes, des personnes dans le besoin : Hakhnassat Or'him. Qu'il s'agisse d'un besoin financier ou d'un besoin spirituel.

8. La maman doit respecter scrupuleusement les lois de la Tsniout de l'habillement.

9. La papa et la maman doivent respecter scrupuleusement les lois de la pureté familiale - Nidda.

10. Les repas du Chabbath doivent se faire dans la joie. Ne pas oublier de chanter les Zmirot.

11. La papa doit fixer un temps d'étude par semaine : au moins une heure et demie.

Si vous suivez ces conseils à la lettre, vous verrez des merveilles.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN