Aujourd'hui à Paris
06:46 : Mise des Téfilines
07:48 : Lever du soleil
13:41 : Heure de milieu du jour
19:32 : Coucher du soleil
20:17 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 2 Octobre 2020 à 19:08
Sortie du Chabbath à 20:12
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Prier pour la guérison = Aller à l'encontre des plans Divins ?

Rédigé le Lundi 16 Février 2015
La question de Jerome B.

Chalom,

Si Hachem a décidé qu'une âme descendrait dans le corps d'une personne qui fera un accident ou tombera malade, prier pour la guérison de cette personne n'est-il pas aller à l'encontre des plans d'Hachem ?

Chavou'a Tov.

La réponse de Rav Emmanuel MIMRAN
Rav Emmanuel MIMRAN
94 réponses

Bonjour,

Votre question témoigne de la clarté d'esprit qu'il faut avoir, à savoir que tout est pour le bien. Cependant, nos maîtres nous enseignent que cette optique ne doit pas nous empêcher de prier, et ce, pour deux raisons essentielles :

1. Tout est pour le bien, mais il y a des décrets qui sont doux et d'autres qui sont amers. Or, parmi les maladies et les autres décrets amers, Il existe des décrets qui peuvent être annulés par la prière. Le bien pourra venir d'une manière douce et sans "faire mal"... Hachem fait ceci car Il aime nos prières et Il est souvent prêt à modifier le programme prévu initialement afin d'exaucer nos demandes.

2. Le but des souffrances est dans la majorité des cas de rapprocher l'homme d'Hachem. Or, explique le Ba'al Hassoulam, l'homme se rapproche d'Hachem par la prière, et il n'y aura plus besoin de ces souffrances, car la prière aura donné la même proximité avec Hachem que les souffrances étaient censées donner. 

Rappelons que le Talmud indique que donner de la Tsédaka aux pauvres sauve également des maladies et des décrets amers...

Que l'on n'entende que de bonnes et douces nouvelles, Amen !

Mékorot / Sources : Ba'al Hassoulam.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel MIMRAN