Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:19 : Mise des Téfilines
05:49 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
21:58 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Kora'h
Vendredi 1er Juillet 2022 à 21:39
Sortie du Chabbath à 23:03
Afficher le calendrier
Vidéo Importante
Torah-Box & vous
Mardi 28 Juin 2022

Puis-je dire "Lémivtsa Al Rifta" ?

Rédigé le Lundi 8 Juin 2015
La question de Charly D.

Bonjour Rav,

Au sujet du passage écrit par le Arizal : "Lémivtsa Al Rifta..." que l'on récite au moment du Motsi (bénédiction du pain), à quel moment doit-on le dire pour ne pas faire d'interruption entre l'ablution des mains et la bénédiction du pain ?

Puis je commencer à le dire si jusqu’à maintenant ma famille n'avait pas cette coutume ?

Merci.

La réponse de Rav Emmanuel BENSIMON
Rav Emmanuel BENSIMON
1516 réponses

Chalom,

Le Choul'han Aroukh (Ora'h 'Haïm 166,1) tranche qu'il est bien de ne pas s'interrompre entre la Nétila (ablution des mains) et la Brakha (bénédiction) sur le pain. Le Rav Ovadia Yossef déduit du mot "bien" que d'après la loi stricte, il est permis de parler entre la Nétila et la Brakha. Néanmoins, il est bon et méritoire de ne pas parler du tout entre ces deux bénédictions (Yalkout Yossef Brakhot p.98).

Par exemple : si vous avez parlé entre la Nétila et la Brakha, il ne faut pas refaire la Nétila. On peut même parler si ce qu'on dit est en rapport avec le repas (par exemple, on peut dire qu'il manque le sel à table) ou pour répondre Amen à une bénédiction.

L'habitude des Séfaradim est de réciter "Lémiftsa Al Rifta" entre l'ablution des mains et la bénédiction sur le pain. Ce n'est pas une interruption puisque ce passage est en rapport avec le repas.

Certains ont même l'habitude de chanter aussi un psaume (Mizmor Lédavid Adonaï Ro'i...). Ces coutumes sont trés anciennes chez les Séfaradim, et il ne convient pas de les changer. Les plus grands décisionnaires chantaient également ce passage entre l'ablution des mains et la bénédiction sur le pain.

Les Achkénazim (voir Michna Broura) sont plus strictes et ne récitent aucun chant entre la Nétila et la Brakha sur le pain.

Conclusion : Si vous êtes Séfarade, il est très bien de chanter ce passage entre la Nétila et le Motsi, même si vos parents ne le faisaient pas.

Si vous êtes Achkénaze, il est préférable de s'abstenir de réciter ce chant. Vous pourrez le chanter après avoir consommé un peu de pain ou avant l'ablution des mains.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BENSIMON