Aujourd'hui à Paris
06:30 : Mise des Téfilines
07:33 : Lever du soleil
12:34 : Heure de milieu du jour
17:34 : Coucher du soleil
18:20 : Tombée de la nuit

Paracha Lekh Lékha
Vendredi 30 Octobre 2020 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:20

Hiloulot du jour
Ra'hel Iménou (Notre Matriarche Rachel)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Quel nom mentionner dans la Kétouba d'un converti ?

Rédigé le Mardi 12 Décembre 2017
La question de Anonyme

Rav Chalom Ouvrakha,

Dans la Kétouba d'un converti de père juif, pourquoi n'est-il pas mentionné le prénom du converti suivi de la mention "ben/bat" nom de famille et prénom du père juif, comme il est de pratique en général ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22679 réponses

Bonjour,

1. Il n’est pas possible de mentionner le prénom du père du converti, car la conversion est considérée comme une nouvelle naissance, et, selon la Halakha, il n’a « plus aucun rapport » avec son père biologique. C’est pourquoi on mentionne fils d’Avraham Avinou.

Voir Min’hat Its’hak, volume 1, question 136, Beth Hatanim [Rav Moché Paniri], chapitre 8, Halakha 29 et Afiké Mayim, chapitre 7, note 39.

2. Dans la Kétouba d’une femme convertie, il faut mentionner :

להדא גיורתא פלונית בת אברהם אבינו [la Kalla est une convertie, fille d’Avraham Avinou]

Afin d’éviter le risque d’un mariage avec un Cohen. Mais en cas d’omission, la Kétouba reste Cachère.

Voir Michnat Haguer, chapitre 14, Halakha 15.

3. Cependant, dans la Kétouba d’un homme converti, il n’est pas obligatoire de le mentionner, puisqu’il lui est permis de se marier avec une fille Cohen -  comme cela est mentionné dans le Choul'han ‘Aroukh - Even Haézer, chapitre 8, Halakha 33.

La fille [née] d’une femme [déjà] convertie, mariée à un juif, ou la fille d’une femme juive mariée à un converti est absolument permise à un Cohen. Choul'han ‘Aroukh - Even Haézer, chapitre 7, Halakha 21.

Il est à noter que de nombreuses autorités rabbiniques ont l’habitude d’exiger cette mention même pour un homme. Voir Kétouba Kéhilkhata, chapitre 6, Halakha 13 et pages 225-257, Afiké Mayim, chapitre 7, Halakha 26.

4. Dans le Guèt d’un converti ou d’une convertie, il faut mentionner :

בן אברהם אבינו [fils d’Avraham Avinou] ou הגר [converti]

Car cela fait partie de l’identité précise de la personne, exigée pour l’écriture d’un Guèt.

Voir Choul'han ‘Aroukh - Even Haézer, chapitre 129, Halakha 20 et Michnat Haguer, chapitre 14, Halakha 12.

Certains décisionnaires font remarquer que cela ne constitue pas, obligatoirement, un déshonneur pour la personne convertie.

Voir Michnat Haguer, chapitre 14, fin de la Halakha 12.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN