Aujourd'hui à Paris
06:30 : Mise des Téfilines
07:32 : Lever du soleil
13:44 : Heure de milieu du jour
19:55 : Coucher du soleil
20:40 : Tombée de la nuit

Paracha Ki-Tavo
Vendredi 20 Septembre 2019 à 19:35
Sortie du Chabbath à 20:39

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Quelle contraception selon le Talmud ?

Rédigé le Mercredi 24 Septembre 2014
La question de Anonyme

Bonjour,

La contraception la plus appropriée d'après beaucoup de Rabbanim reste la pilule.

A un autre point de vue, d'après la médecine, un nombre considérable de médecins sont contre la pilule car elle engendre beaucoup de pathologies plus ou moins graves.

Je me suis renseignée sur plusieurs modes de contraceptions, et j'en arrive à la même conclusion.

De ce fait, je me demande quel type de contraception met en avant le Talmud ?

La réponse de Arié HADDAD
Arié HADDAD
440 réponses

Bonjour,

Le Talmud fait état essentiellement d'une méthode de contraception appelée "Michtaméchet Bémokh". Je ne souhaite entrer dans le cadre du service "Question au Rav" dans les détails de cette méthode, mais simplement préciser qu'elle n'était employée que dans des situations extrêmes, qui mettaient en danger la vie de la maman ou de son enfant. La contraception dans une optique de "gestion" des naissances afin de satisfaire des objectifs économiques ou avoir une vie plus facile, finir ses études, etc. est quelque chose d'étranger à la loi juive. 

Je vous joins la réponse que j'avais donnée à la question de savoir "pourquoi est-ce tellement problématique d'utiliser la contraception" :

Vous écrivez : "évidemment qu'il est fondamental pour le peuple d'Israël de se reproduire", c'est vrai, mais les Halakhot (lois) sur la contraception ne répondent pas (uniquement) à des objectifs démographiques communs à toutes les nations soucieuses de leur maintien. Elles sont plutôt basées sur des notions de Mitsva et 'Avéra (commandements positifs et négatifs).

Il existe une MItsva positive prescrite par la Torah qui consiste à se préoccuper d'avoir (au minimum) un garçon et une fille "Pérou Ourvou", selon le fameux verset (Béréchit 1, 28) : "Croissez et multipliez", et une fois que cet objectif est atteint, il en existe une autre d'ordre rabbinique d'avoir d'autres enfants.

Cette dernière est exposée par le Talmud (traité Yébamot 62b) qui la déduit du verset dans Kohélet (11, 6) : "Dès le matin, fais tes semailles, et le soir encore ne laisse pas chômer ta main, car tu ignores où sera la réussite, ici ou là, et peut-être y aura-t-il succès des deux côtés".

Contrairement à la MItsva de "Pérou Ourvou" , celle de Kohélet n'est pas limitée mais moins impérative dans l'absolu. Par conséquent, utiliser des moyens de contraception pose un problème "d'annuler une Mitsva positive de la Torah" ou d'ordre rabbinique selon les cas.

Ensuite, selon les moyens de contraception utilisés, ce problème de Halakha peut se doubler de l'interdiction gravissime "d'émettre la semence en vain", et c'est pourquoi il est si difficile de permettre une contraception.

Les parents doivent à chaque fois s'adresser à un Moré Horaa (Rav qui tranche les questions de Halakha) qui jugera selon leur cas (ont-ils déjà donné naissance à un garçon et une fille), leur état de santé physique et psychique, etc., le bien-fondé de leur donner un Héter (permission).

En vous souhaitant Ktiva Vé'hatima Tova

Soyez le premier à commenter cette réponse Arié HADDAD
Projet dédié par un généreux donateur