Aujourd'hui à Paris
06:34 : Mise des Téfilines
07:36 : Lever du soleil
13:03 : Heure de milieu du jour
18:31 : Coucher du soleil
19:16 : Tombée de la nuit

Paracha Terouma
Vendredi 28 Février 2020 à 18:13
Sortie du Chabbath à 19:21


Hiloulot du jour
Rav Mordékhaï Yaffé
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Regarder des dessins-animés, permis ?

Rédigé le Mercredi 3 Décembre 2014
La question de Déborah B.

Chalom Rav,

J'aimerais savoir s'il-vous-plaît s'il est interdit ou déconseillé de regarder des DVD de dessins-animés ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Emmanuel MIMRAN
Rav Emmanuel MIMRAN
84 réponses

Bonjour,

La réponse qui suit ne concerne pas les vidéos vues dans une télévision ou par le biais d'Internet, car la possession d'une télévision ou d'Internet sans filtre (sérieux) est interdite par tous les décisionnaires.

Pour vous répondre de manière claire et pour ne pas laisser de malentendu, je parlerai de toutes les catégories de films et vidéos. De manière générale, la réponse à votre question ne devra être transmise qu'à ceux qui seront d'accord de l'écouter et de la réaliser.

Il existe trois catégories de films :

Il y a tous les films "normaux", et ceux-ci sont effectivement interdits, car ils comportent tous des images impudiques et des scènes interdites à regarder.

Bien que dans la rue aussi, nous pouvons être agressés par toutes sortes d'images et de scènes impudiques, mais les films sont bien plus nocifs, car nous nous concentrons à regarder les images. Notre esprit est alors bien plus imprégné des images et des idéaux négatifs qui en ressortent !

De plus, même dans la rue, il faut faire attention à notre regard, et c'est possible en ayant l'aide providentielle et en étant attaché à l'étude de la Torah. Or, pour recevoir l'aide providentielle, il faut de notre côté fuir la faute. Mais lorsque l'on s'assoit en face de l'écran et que malheureusement, dans tous les films, il y a des photos/scènes qui manquent de pudeur, on ne peut prétendre vouloir recevoir l'aide divine !

Inutile de préciser que les films pornographiques sont strictement interdits.

Il y a des films entièrement de lutte et de violence. Nombreux de ces films comportent ici et là des problèmes de pudeur, et l'on revient donc au cas précédent. Lorsque ce n'est pas le cas, on ne peut les interdire avec la même ampleur que le premier groupe de films, mais ces films causent de grands dommages à la délicatesse de notre âme ! On s'habitue et l'on néglige la violence, et l'on croit que les valeurs à acquérir sur terre sont la force physique et vaincre l'autre (alors que dans la Torah on sait que la véritable force n'est pas une force physique, mais consiste à se contrôler contre les pulsions du mauvais penchant) !

Enfin, il y a les dessins animés et le sport (lorsque ces deux derniers sont "propres" d'images impudiques), ou encore les films "Cachères".

Ces derniers ne sont pas concernés par l'interdiction précédente, mais sont tout de même prohibés par les Rabbanim pour différentes raisons :

1. Ils peuvent nous entraîner, par la suite, à voir d'autres films plus problématiques.

2. Ils contiennent souvent des messages et des idéaux négatifs.

3. Ils entraînent beaucoup de perte de temps.

4. Ils nous habituent à concentrer nos pensées vers des sujets sans importance.

5. Il arrive souvent que ces films soient accompagnés de publicités (qui sont trop souvent impudiques).

Aussi, si quelqu'un n'a pas l'habitude de regarder des films, il ne faudra surtout pas commencer ! Même pas la troisième catégorie !

Pour ne pas sentir de difficultés, il faut s'habituer à trouver du goût dans la Torah et les Mitsvot, et multiplier l'étude de la Torah (l'idéal en allant dès que possible et tant que possible à la Yéchiva et dans les maisons d'étude, ainsi que d'étudier dans les livres de Torah).

Celui qui est habitué a voir des films et qui sent qu'il n'arrivera pas à arrêter tout, d'un coup, pourra alors dans un premier temps arrêter les deux premières catégories (ou au moins la première catégorie) et ne regarder que la troisième catégorie. Il fera alors attention de ne pas regarder du tout les publicités et les autres programmes qui accompagnent ces vidéos, et essayera de ne pas passer trop de temps. Avec le temps, il essayera d'arrêter totalement tout cela.

Parallèlement (aussi valable pour celui qui ne veut rien arrêter), on fera tout pour intensifier son étude de la Torah, et avec le temps et des prières, on ne sera plus du tout attaché aux films !

J'ai entendu qu'il existe certains dessins-animés qui présentent ou qui rappellent des scènes impudiques et/ou immorales. Si c'est le cas, de tels dessins-animés rentreront dans la catégorie numéro 1.

Précisons encore un dernier point.

Il est grandement nécessaire de préserver les enfants de tout cela et de ne pas leur donner le goût des films et des vidéos ainsi que de l'utilisation de l'ordinateur (qui cause de nombreux dommages, Hachem nous protège tous, Amen !). En effet, ceux-ci risquent encore plus facilement d'être entraînés vers l'abyme de la technologie d'aujourd'hui. Malheureusement, de nombreux enfants ont connu beaucoup de bêtises, et ceci commença en "ouvrant la porte au mauvais penchant" en regardant de simples dessins-animés.

Alors, même si la solution de facilité est de mettre un dessin-animé afin d'être "tranquille", ce n'est pas le cas, et celui qui désire le bien de son enfant (tout parent) s'investira pour donner à son/ses enfant(s) des préoccupations strictement Cachères et n'ouvrant pas la porte à la faute 'Hass Véchalom.

En espérant que l'on puisse tous servir Hachem, je vous souhaite Béhatsla'ha et Kol Touv !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel MIMRAN
Projet dédié par un généreux donateur