S'adresser à un Tsadik = idolâtrie ?!

Rédigé le Mercredi 22 Novembre 2017
La question de Pierre G.

Chalom Ouvrakha,

J'ai lu qu’il est interdit de s’adresser directement aux Tsadikim, mais qu’il faut prier Hachem seulement, et, d'autre part, que l’on peut effectivement leur parler, mais à la seule condition de "simplement" leur demander de prier Hachem pour nous.

Ce qui me gêne, outre le fait de s’adresser à un autre que D.ieu, c’est qu’en se basant sur la seconde opinion, il en ressort que les religions de mensonge que l’on connait ne seraient pas forcément idolâtres, puisque bon nombre d’entre eux agissent de la même façon avec leurs "grands".

Pourtant, nous connaissons bien les avis affirmant clairement que ce sont des idolâtres et qu’il est interdit de rentrer dans leur lieu de culte.

Pourriez-vous me donner un éclaircissement sur la réelle profonde différence entre la Torah et leurs erreurs ?

Merci énormément.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
24580 réponses

Bonjour,

L’idolâtrie consiste à croire qu'il existe des forces ou des divinités, autres que le Créateur-Maître du monde, ayant un certain pouvoir.

Bien entendu, une telle croyance est interdite.

Tout provient de Lui !!!

Il n'y a rien d'autre dans l'univers à part Lui !!!

Nous récitons, tous les jours, le Chéma' Israël et 100 bénédictions afin de nous investir de cette idée fondamentale.

Lorsque l'on s'adresse à nos maîtres ou à nos ancêtres afin qu'ils interviennent en notre faveur auprès du Créateur, ce n'est absolument pas de l’idolâtrie.

C'est tout simplement une manière d'affirmer que nous avons grand besoin de leurs mérites afin d'être exaucés.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Suite à un commentaire reçu, nous avons ajouté ce qui suit :

1. Lorsque Rivka Iménou sentait que « le » bébé qu’elle attendait avait des « penchants » pour la Torah et, également, pour l’idolâtrie, « elle se rendit chez Hachem » pour se renseigner à ce sujet.

Voir Béréchit, chapitre 25, verset 22.

En fait, elle se rendit à la Yéshiva de Shem pour interroger le grand de la génération ! Et la Torah considère qu’elle consulta Hachem !

Parfois, consulter Hachem passe la consultation de Ses représentants, ici bas - les grands de la Torah.

2. Lorsque Kalev arriva en Terre sainte, il se sépara des [dix] autres explorateurs afin d’aller prier sur la tombe d’Avraham Its’hak et Yaacov afin qu’il ne soit pas influencé par leurs mauvaises intentions.

Voir Talmud Sota 34b.

3. Dans le Talmud, à plusieurs reprises, il apparaît que nos maîtres se rendaient sur la tombe d’un géant de la Torah afin d’obtenir une faveur et, en général, c’est à Hachem que l’on s’adresse par le biais des Tsadikim.

Il est strictement interdit de s'adresser au Tsaddik. On s'adresse au Maître du monde en mentionnant ou en pensant au mérite du Tsaddik, ici présent.

D'après certains de nos maîtres, il n'est pas interdit de s'adresser au Tsaddik MAIS UNIQUEMENT pour lui demander d'intercéder en notre faveur auprès d'Hachem.

Voir, par exemple, Talmud Baba Métsia 85b, Talmud Ta'anit 16a, Choul'han 'Aroukh, fin du chapitre 581, Michna Broura, chapitre 581, passage 27, Choul'han 'Aroukh, chapitre 579, Halakha 3, Michna Broura, chapitre 559, passage 41, Michna Broura, chapitre 579, passage 14, Guécher Ha'haïm, volume 2, chapitre 25.

4. Pour des détails à ce sujet, consultez la réponse ci-dessous :

https://www.torah-box.com/question/quelles-tefilot-faire-sur-les-tombeaux-de-rabbanim_35308.html

5. Certains de nos maîtres dévoilent que la Néchama des Tsadikim se trouve à proximité de leur tombe et qu’Hachem souhaite que l’on s’adresse à eux pour intervenir après de Lui.

6. Ra’hel Iménou a été enterrée sur le bord d’une route afin que des siècles plus tard, elle puisse prier en faveur de ses enfants lorsqu’ils passeront à côté de sa tombe, lors de leur voyage vers l’exil de Babel.

Voir Rachi, passage Vaékbéréha Cham sur Béréchit, chapitre 48, verset 7.

7. L’emplacement de la tombe de Moché Rabbénou a été caché de tous. Nos maîtres disent que les prières que l’on aurait récitées à cet endroit, auraient obligatoirement été exaucées. Hachem désira éviter une telle chose.

Voir Hagahot Haba’h sur Talmud Sota 14a.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN