Se disputer avec son mari enceinte, mauvais pour le bébé ?

Rédigé le Dimanche 18 Avril 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Est-ce vrai que les disputes conjugales durant la grossesse sont nocives pour le développement du bébé ?

Je suis inquiète et je culpabilise, car nous avons eu une très forte dispute et j'ai réellement senti mon bébé bouger dans tous les sens pendant plusieurs heures comme s'il voulait s'échapper de cette dispute infernale !

Que faire et comment réparer pour que le bébé ne garde aucune trace de cette malheureuse dispute ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Avraham KADOCH
Rav Avraham KADOCH
121 réponses
Bonjour Madame,
 
Le Talmud nous enseigne que, durant toute la gestation, Hachem envoie un ange pour que le bébé apprenne toute la Torah. Cela de façon, entre autres, à protéger la grande sainteté de son âme du milieu environnant. Ainsi, il est primordial de ne pas déranger le bébé durant cette étude. Ceci au travers d’échographies trop nombreuses, de chocs, ou de mauvaises ondes (comme les disputes dont vous parlez) et qui, effectivement, sont ressenties par l’embryon...
 
Il est primordial également que l’enfant naisse dans une entente parentale très forte, de façon à goûter, dès son plus jeune âge, à la beauté de l’amour de ses parents. Vous devez donc avant tout travailler sur ce point, mutuellement, pour vous-même et non pour l’enfant, car c’est ce qu’Hachem attend de vous...
 
Sachez que toutes les disputes ne proviennent, en général, que d’un manque de canalisation concernant l’objectif de votre couple : atteindre une dimension supérieure et la fusion des deux conjoints. Il ne s’agit donc pas seulement de vivre de façon conjugale pour uniquement partager votre cohabitation, mais plutôt de réaliser que vous pourrez, par l’union de vos deux êtres, atteindre une dimension de bonheur et de complémentarité mutuelles...
 
Arrêtez de vous chamailler pour des détails et essayez de réaliser le potentiel qui est devant vous !
 
C’est lorsque vous parviendrez, je suis sûr très rapidement, à vous réconcilier et avoir, l’un pour l’autre, des mots de respect, d’empathie et donc d’amour, que votre progéniture ressentira ce bonheur depuis son intérieur et oubliera le passé...
 
Béhatsla’ha !
 
PS : si c’est un garçon, ce serait un honneur pour moi de pouvoir lui faire la Brit Mila !...
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham KADOCH