Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:21 : Mise des Téfilines
06:35 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:16 : Coucher du soleil
22:08 : Tombée de la nuit

Paracha Vaet'hanane
Vendredi 12 Août 2022 à 20:53
Sortie du Chabbath à 22:03
Afficher le calendrier

Si le Etrog était le fruit défendu, comment l'utiliser à Souccot ?

Rédigé le Mercredi 10 Novembre 2021
La question de Yael Y.

Bonjour Rav,

Je viens de lire que le fruit défendu au Gan Eden était le Etrog.

Pourtant, "Ein Katégore Na'assé Sanégore", alors commet peut-on l'utiliser à Souccot ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
31516 réponses

Bonjour,

Toutes mes félicitations pour cette belle question. Elle a été posée par le Ramban dans son commentaire sur Vayikra 23, verset 40 ainsi que par de nombreux autres commentateurs.

Il est à noter que la question se pose uniquement selon l'opinion affirmant que le fruit défendu était le Etrog. Il y a d'autres avis à ce sujet : blé, raisin, figue. Talmud Brakhot 40a.

Etant donné que le Etrog n'est pas utilisé seul mais accompagné des trois autres espèces, le fait qu'il soit "accusateur" et évoquant la faute originelle, ne pose pas de problème. C'est, d'ailleurs, l'une des raisons expliquant pourquoi la Brakha des 4 espèces est 'Al Nétilat Loulav et non 'Al Nétilat Etrog.

Seconde réponse

Etant donné que le Etrog fait partie d'un ensemble faisant allusion aux quatre catégories de Bné Israël faisant la paix, résidant côte à côte et se respectant l'un l'autre, il ne rappelle plus la faute étant donné que lorsqu'ils s'unissent et se respectent, la plus grave des fautes n'est pas prise en considération. Ramban, édition Mossad Harav Kook, note de bas de page 159.

Troisième réponse

L'interdiction "Ein Katégore Na'assé Sanégore" est d'ordre rabbinique [Midérabanane] mais dans la Torah, il n'existe pas une telle restriction. Donc, le Etrog peut être utilisé et à plus forte raison pour l'accomplissement d'une Mitsva. Nos Sages, les 'Hakhamim, n'ont pas jugé nécessaire de l'interdire étant donné qu'il prouve notre envie de "réparer la faute" originelle. Tsva Aharon - Drachot Léchabbath Chouva [Rav Aharon Vider], page 213.

Quatrième réponse

Dans le Talmud Roch Hachana 26a, nos Sages, les 'Hakhamim, affirment qu'un élément "accusateur" ne peut pas être utilisé pour "défendre" [Ein Katégore Na'assé Sanégore] UNIQUEMENT lorsqu'il est utilisé dans le Kodech Hakodachim du Beth Hamikdach - le Saint des saints mais à un autre endroit du Beth Hamikdach et à plus forte raison en ville, cela n'est pas un problème.

Cinquième réponse

Dans le Talmud Chabbath 146a, nos Sages, les 'Hakhamim, affirment qu'au pied du mont Sinaï, la faute originelle fut complètement pardonnée. Donc, le Etrog n'est plus considéré comme un élément évoquant la faute.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Rav Moché Ben Na'hman, Tsva Aharon.
Questions au Rav Dayan (tome 5)

Questions au Rav Dayan (tome 5)

L’équipe Torah-Box est fière de vous présenter le tome 5 de la série “Questions au Rav Dayan”, composé de 313 questions reçues par des Juifs à travers le monde sur le site Torah-Box depuis l’année 2014 à partir de laquelle Rav Gabriel Dayan a commencé à y répondre avec une précision rare et une persévérance de tous les instants.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN