Aujourd'hui à Paris
05:13 : Mise des Téfilines
06:28 : Lever du soleil
13:57 : Heure de milieu du jour
21:23 : Coucher du soleil
22:16 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 7 Août 2020 à 21:01
Sortie du Chabbath à 22:12
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Si "tout est pour le bien", pourquoi se lamenter ?

Rédigé le Mercredi 19 Avril 2017
La question de Johann R.

Chalom Rav,

Puisque "tout est pour le bien", pourquoi se lamenter ? (Cf : lamentations très présentes dans le judaïsme : récits, jeûnes, Téfilot, chants etc.)

Merci beaucoup Kvod Harabbanim, que D.ieu vous bénisse !

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
21522 réponses

Bonjour,

Première réponse

Tous les jeûnes mentionnés dans la Halakha [loi juive] sont en rapport avec des fautes commises par nos ancêtres [9 Av - destruction des deux temples, 17 Tamouz - premières brèches dans la muraille qui entourait Jérusalem, 10 Tévet - début du siège de Jérusalem par nos ennemis qui détruisirent le temple, 10 Tichri [Kippour] - le jour du grand pardon [de nos fautes], etc.].

Dans la plupart des cas, nous pleurons la destruction du Temple qui a été entraînée par les fautes commises par nos ancêtres de l’époque. Talmud Yoma 9b, Talmud Chabbath 33a, Talmud Nédarim 81a et Talmud Baba Métsia 85b.

Mais si nous n’avons toujours pas mérité sa reconstruction, c’est que nous agissons pareillement à eux.

Voir Talmud Yéroushalmi, Yoma, chapitre 1, Halakha 1.

Nos lamentations se rapportent donc à nos actions ; et dans la plupart des cas, elles ne sont que des aveux sincères affirmant que nous avons fauté et que le mal subi était bien mérité.

Seconde réponse

Dans ce monde, il n’est pas possible de voir le bien qu’il y a dans les choses, qui, apparemment, sont négatives.

Dans la majeure partie des cas, nous n’avons pas les capacités de percevoir le bien qui se cache derrière le mal.

Donc, il n’est « pas possible » d’avoir des réactions joyeuses.

Même si nous en sommes convaincus, il faut se lamenter et réciter les bénédictions réservées aux mauvaises nouvelles. En agissant autrement, on pourrait nous taxer de complaisance vaniteuse envers soi-même [prétention exagérée et orgueilleuse].

Voir Talmud Pessa’him 50a, édition Schottensteïn, note 40 et Choul'han ‘Aroukh - Ora’h ‘Haïm, chapitre 222, Halakha 2-3.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Choul'han Aroukh - Ora'h 'Haim.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN