c Question au Rav : Travailler avec une femme dans un supermarché

Travailler avec une femme dans un supermarché

Rédigé le Jeudi 8 Septembre 2016
La question de Avi R.

Bonjour Rav,

Si on travaille avec des femmes en tant que Sadrane (celui qui remplit les rayons dans les magasins), comment faire pour se passer les cartons ?

Dans ce milieu, chaque seconde est importante, c'est un travail de rapidité, surtout dans les grands magasins où il faut remplir beaucoup de rayons de grande quantité.

Je ne cherche pas d'excuse, mais on n'a pas le temps de poser les cartons sur le sol afin que la femme les ramasse, c'est une perte de temps et la personne fatigue vite car elle doit se baisser, par-dessus le marché.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27695 réponses

Bonjour,

Il n’est pas interdit de se passer les cartons si le travail se fait dans une atmosphère sérieuse, sans légèreté d’esprit, et en prenant garde de ne pas se toucher. Voir Talmud Brakhot 61a, Talmud Erouvin 18b.

Cependant, il y a des détails d’une extrême gravité que certains hommes [et certaines femmes] ignorent lorsqu’ils se trouvent à proximité de femmes dans un lieu de travail.

1. Il est interdit d’appeler une femme par son prénom [Rivka], et, à plus forte raison, par un surnom [Rivki]. Il faut dire « Mme Bismuth », par exemple.

2. Il est, également, interdit aux femmes d’appeler les hommes par leur prénom ou par des surnoms. Il faut dire « Mr Sitruk », par exemple.

Pour éviter des situations délicates, il faut appliquer à la lettre ces instructions dès les premiers jours où l'on se trouve sur le lieu de travail.

3. Il est interdit de demander à une collègue de travail de lui rendre certains services : préparer un verre de café ou thé, nettoyer un bureau en sa présence, faire une course au supermarché, etc.

Il y a de nombreux détails à ce sujet !

4. Il est interdit d’engager des discussions, si ce n’est qu’échanger des paroles les plus courtes possibles, concernant le travail. Ceci est valable même si c’est en présence de plusieurs employés et qu’ils sont tous religieux.

5. Les lois concernant le fait de porter son regard sur une femme sont très nombreuses ; il faut les étudier.

6. Il est interdit de se donner des cadeaux.

7. Il est interdit d’aller prendre son repas au restaurant avec une ou plusieurs employées, même si l’on est accompagné d’hommes.

8. Il est interdit de payer le repas d’une employée. Si le patron paie un repas pour tous les employés, ce n’est pas interdit.

9. Si le repas est pris sur le lieu du travail, il faut tout faire pour ne pas prendre son repas au même moment et au même endroit.

10. Les femmes ne feront pas goûter aux hommes les aliments qu’elles ont apportés de la maison. Il en est de même pour les hommes.

11. Assez souvent, il peut y avoir des situations où les employés sont confrontés à des problèmes de Yi’houd.

12. Après le travail, il est interdit de faire le chemin ensemble.

Tous les détails mentionnés ci-dessus ne font l’objet d’aucune discussion au sein des décisionnaires de toutes les époques.

N.B.

La liste n’est pas exhaustive.

En cas de besoin, il faut s’adresser à un Rav compétent.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN