Logo Torah-Box

Une non-juive qui prépare la Daf

Rédigé le Mardi 20 Septembre 2016
La question de Samuel B.

Bonjour,

Peut-on laisser la femme de ménage non-juive préparer un plat entier, comme la Dafina pour le samedi, ou shnitzel-riz pour la semaine ?

Je demande car je sais que chez des personnes de ma famille où je mange le Chabbath c'est le cas, et j'ai peur qu'il y ait Bichoul Goy.

Honnêtement, je ferme les yeux et je ne pose pas de question pour ne pas vexer.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38848 réponses

Bonjour,

Si la femme non-juive prépare les plats dans la maison du juif [à un moment où le juif s'y trouve] et que la plaque de cuisson est électrique, il y a lieu d'adopter une attitude permissive.

Il y a, dans ce cas, trois doutes cumulés :

1. L'interdiction est-elle en vigueur lorsque le non-juif cuisine chez un juif ?

2. L'interdiction est-elle en vigueur lorsqu'il pose la marmite sur une source de chaleur électrique ?

3. L'interdiction est-elle en vigueur lorsque le non-juif est le salarié du juif ?

Même s'il s'agit d'une plaque de cuisson à gaz, il y a lieu d'adopter une attitude permissive, puisqu'il y a, tout de même, deux doutes cumulés.

Voir Patbag Hamélekh, chapitre 2, Halakha 8-9 et notes 50-51.

Pour amoindrir davantage le problème, il suffit que le juif allume le feu sans y poser la marmite. Pouvez-vous conseiller cela à vos proches ?

Si cela ne vous est pas possible, ce n'est pas grave.

Voir Patbag Hamélekh, chapitre 2, Halakha 8-9.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

NB : Suite à une remarque d'un internaute, je rajoute ce qui suit.

Bonjour,

Dans la réponse qui suit - http://www.torah-box.com/question/une-non-juive-qui-prepare-la-daf_13995.html - il est dit de se rapporter aux notes 50 et 51.

Dans ces deux notes, il apparaît que l’on peut adopter une attitude permissive, si l’on est en présence d’une situation où il y a deux doutes cumulés - Sfék Sféka.

Le Sfék Sféka est le suivant :

Premier Safek - doute : Le Bichoul Goy est-il permis lorsque le non-juif se trouve dans la maison du juif ? Voir Patbag Hamélekh, chapitre 2, dernier passage de la note 46.

Ce Safek "à lui tout seul" suffit pour permettre le Bichoul Goy si le juif peut allumer le feu. Voir Rav Ovadia Yossef dans Yé’havé Da'at, volume 5, question 54 et Yabi'a Omer, volume 9, Yoré Déa, question 6.

Si le juif ne peut pas allumer le feu, on fait appel au second Safek :

Le Second Safek - est : Le Bichoul Goy est-il permis lorsque le non-juif est rémunéré par le juif ?

Ce Sfék Sféka est mentionné clairement dans la réponse de Rav Ovadia Yossef, Yabi'a Omer, volume 9, Yoré Déa, question 6, début du passage 4.

Si vous avez encore une question sur ce qui précède, le Rav Ovadia Yossef, rapporte l’opinion du Ben Ich ‘Haï permettant le Bichoul « des femmes de ménage », même si un juif n’allume pas le feu. Yabi'a Omer, volume 9, Yoré Déa, question 6, début du passage 4.

Cette opinion du Ben Ich ‘Haï est, également, rapportée dans Patbag Hamélekh, chapitre 2, note 47.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

1 Histoire pour Chabbath, Tome 1 (Binyamin Benhamou)

1 Histoire pour Chabbath, Tome 1 (Binyamin Benhamou)

Les plus passionnantes histoires racontées par Binyamin Benhamou, enfin en livre !

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN