Aujourd'hui à Paris
06:30 : Mise des Téfilines
07:33 : Lever du soleil
12:34 : Heure de milieu du jour
17:34 : Coucher du soleil
18:20 : Tombée de la nuit

Paracha Lekh Lékha
Vendredi 30 Octobre 2020 à 17:14
Sortie du Chabbath à 18:20

Hiloulot du jour
Ra'hel Iménou (Notre Matriarche Rachel)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Y aura-t-il encore des pauvres après Machia'h ?

Rédigé le Lundi 17 Juillet 2017
La question de Laurent U.

Bonjour,

J'ai lu que, pendant la période de Machia'h, il y aurait toujours la mendicité, la Tsédaka.

Je ne me souviens plus de la source de cet article.

Pouvez-vous m'en dire un peu plus ?

Toda.

La réponse de Rav Avraham TAIEB
Rav Avraham TAIEB
5114 réponses

Chalom Ouvrakha,

Votre question a fait l'objet d'une controverse dans le traité Brakhot 34b.

Rabbi Yo'hanan est d'avis que, dans l'ère messianique, le monde changera et sera régi par des miracles au quotidien - même les animaux prédateurs comme le lion deviendront végétariens -, mais l'Amora Chmouel est d'avis que le monde continuera à fonctionner "normalement", à la seule différence que la royauté du Machia'h, et donc du peuple d'Israël, sera suprême.

Le Rambam est de l'avis de Chmouel et le Ramban ainsi que le Raavad sont de l'avis de Rabbi Yo'hanan.

Ce que vous avez lu correspondrait donc à l'avis du Rambam, cependant, il est important de souligner que, même d'après le Rambam, il n'y aura plus de famine, plus de guerre, plus de jalousie, et aussi que l'abondance et les bonnes choses seront à la portée de tous. Si on peut s'imaginer qu'il y restera tout de même quelques disparités sociales, elles ne seront cependant plus mal vécues par les "pauvres", car ils auront tout ce dont ils ont besoin, à un tel point que le monde entier ne s'occupera plus de courir après sa Parnassa mais après la connaissance de D.ieu (Rambam Choftim Hilkhot Mélakhim 12,5).

Dans cette mesure, même s'il y aura peut-être encore des "pauvres", dans la mesure où ils ne possèderont pas leurs propres biens, ceci n'a rien de commun avec les pauvres de nos générations. On en arriverait même à se demander si on pourrait les qualifier de "pauvres".

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham TAIEB