Au début de ce cours, Rav Chaya définit la notion de téchouva. Il explique - entre autres- pourquoi les tsadikim sont appelés vivants même lorsqu'ils sont -physiquement- morts. Il rappelle notamment qu'il existe un lien entre les 248 mitsvot positives de la Torah et les 248 organes du corps humain. Il précise - entre autres- que, lorsqu'on constate une défaillance physique chez autrui, on ne peut pas affirmer qu'elle le touche en raison de telle ou telle mitsva qu'il n'aurait pas bien accomplie. Il explique qu'il est possible -par la téchouva- d'avoir un statut de tsadik, même lorsque les dégâts causés par nos fautes n'ont pas encore été réparés ; et il parle, à ce sujet, d'un passage de Guémara qui montre la valeur d'un hirhour téchouva.