Selon les lois alimentaires de la Cacheroute, le lait et la viande doivent être séparés au sein de la cuisine. Reste à savoir comment cette séparation s’opère en pratique…

Temps de pause

Pour la Torah, il est non seulement interdit de consommer ensemble des aliments lactés et des aliments carnés, mais en plus il est nécessaire d’observer un temps d’attente entre les deux.

Lorsque l’on consomme des aliments lactés on se rince simplement la bouche avec une boisson, on consomme un aliment neutre comme du pain ou un morceau de pomme, et on se lave les mains, puis on peut consommer de la viande.  

Par contre, après la consommation de viande, le temps d’attente pour pouvoir manger des aliments lactés est plus long. Les communautés Ashkénazes et Séfarades observent un temps d’attente de six heures, tandis que les communautés originaires d’Allemagne n’attendent que trois heures. Les Juifs de Hollande n’attendent pour leur part qu’une seule heure.

La cuisine juive

En conséquence de l’interdiction de mélanger ensemble le lait et la viande, les cuisines juives traditionnelles comportent deux parties : l’une réservée à la viande, l’autre au lait. Concrètement, cela signifie qu’on dispose de deux éviers et plans de travail distincts ; on possède deux batteries d’ustensiles, de vaisselle et de couverts différents ; de même, on dispose généralement de deux fours. Dans le réfrigérateur, on veille à ne pas déposer côte à côte les aliments lactés et les aliments carnés. Il n’est cependant pas nécessaire de disposer de deux gazinières distinctes, car la Halakha permet, sous certaines conditions, de cuisiner sur un même feu des aliments carnés et des aliments lactés.

Il est à noter que lorsqu’une telle séparation n’est pas possible, certains aménagements sont envisageables. Consultez un rabbin pour en savoir plus.

L’interdiction de mélanger ensemble viande et lait a pour autre conséquence que les restaurants Cachères ne proposent jamais sur leur carte à la fois des plats de viande et des plats de lait : il s’agit de restaurants soit « ‘Halavi » (de lait) soit « Bassari » (de viande).

Les trois catégories

Ainsi, on peut classer les aliments Cachères en trois catégories :

  • Aliments carnés (“Bassari”) : Font partie de cette catégorie la viande rouge et celle de volaille ainsi que tout aliment en contenant, y compris les bouillons et les plats ayant cuit avec de la viande, même si celle-ci en a été ensuite retirée.
  • Aliments lactés (“‘Halavi”) : Font partie de cette catégorie le lait des animaux Cachères et tous ses dérivés (crèmes, beurre, fromage, yaourts), ainsi que tout aliment en contenant, même une infime quantité.

Aliments neutres, ni carnés ni lactés (“Parvé”) : Tous les autres aliments font partie de cette catégorie, à savoir (liste non exhaustive) : le poisson, les œufs, les fruits, les légumes, les céréales etc. Les aliments Parvé peuvent être consommés soit avec du Bassari soit avec du ‘Halavi.