Dans les Pirkei Avoth, deux expressions qui nous enjoignent à juger favorablement  notre prochain semblent se contredire : "dan lékaf zékhouth" et "makhriy'o lékaf zékhouth". Que signifient ces expressions, et dans quels contextes sont-elles employées ? En quoi est-il indispensable de mettre en pratique ce qui est dit dans ces textes pour acquérir la Torah ? Pourquoi Hachem nous demande-t-Il de voir notre prochain positivement ? En quoi serait-il extrêmement nuisible d'avoir sur ce dernier un regard négatif ? En quoi l'histoire de la rencontre entre Rabbi Yo'hanane et Rech Lakish (rapportée par la Guémara) confirme-t-elle cette idée ? Que dit le Or Ha'haïm Hakadosh à propos de ce récit ? En quoi ce commentaire rappelle-t-il la puissance de la volonté?