A l'occasion de la Hiloula (jour anniversaire de décès) de notre maître Rabbi Ephraïm Zalman Margaliot, l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod Rabbi Ephraïm Zalman Margaliot, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Rabbi Ephraïm Zalman Margaliot naquit le 19 Kislev 1762 à Brody (Pologne, actuellement situé en Ukraine). Génie en Torah, il était doté d'une mémoire phénoménale. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de Torah et l'un des plus grands décisionnaires de son époque.

Après s'être enrichi grâce au commerce du diamant, il se consacra à l'étude de la Torah et refusa d'accepter un poste de rabbin, mais il était considéré comme l'un des Sages de la communauté. De nombreuses personnes s'adressaient à lui pour lui poser des questions de Halakha. Sa richesse lui donna plus de poids dans les guerres qu'il mena dans sa ville contre les hommes aisés qui évitaient de payer les taxes comme la loi l'exigeait. En compagnie de l'illustre Rabbi Moché Sofer, le 'Hatam Sofer, il combattit le mouvement de la Haskala.

Entre la prière et de Min'ha et de 'Arvit du 24 Av 1828, il rendit son âme à son Créateur.

À la suite de la publication de son ouvrage généalogique Léma'alot Hayi'houssin, il établit que la famille Margaliot descendait de Rachi. Il trouva des liens avec la prestigieuse dynastie de Rabbanim qui vécurent dix générations avant lui, comme le Rav Moché Isserlich (le Rama), ainsi que les Tossefot du début du Moyen-âge, dont Rabbénou Tam, petit-fils de Rachi. D'après une tradition de la famille de Rabbénou Tam, ils remontent jusqu'au roi David. Il trouva d'autres liens de parenté avec des descendants du Rav Naftali Kats, auteur du Sémikhat 'Hakhamim (qui vécut environ cent ans avant Rav Margaliot), qui détenait également une tradition sur son appartenance à la dynastie de David.

Il est le fils de Rav Ména'hem M. Margaliot, d'une famille à la lignée prestigieuse, descendante du Rav Alexandre Sender Chor. Il étudia auprès de son oncle, Rav Alexandre Sender Margaliot, dans le Beth Hamidrach de Brodny, ainsi que dans la Yéchiva du Rav Its'hak Eizik de Koritz. Dans sa jeunesse, il fit office de Rav pendant une courte période à Uhniv, et par la suite, occupa le poste d'Av Beth Din (Président du tribunal rabbinique) à Brody. Parmi ses œuvres, on relève notamment son ouvrage sur les lois de la lecture de la Torah Cha'aré Ephraïm et Maté Ephraïm qui traite des lois des Jours Redoutables. Ces ouvrages sont devenus des références dans leur domaine et ont été publiés en plusieurs éditions, qui ont parfois été annotées par divers Maîtres.

Son frère était Rav 'Haïm Mordékhaï Margaliot, auteur de l'ouvrage Cha'aré Téchouva sur le Choul'han Aroukh. L'un de ses gendres était Rabbi Ya'acov Yéhochoua Horowitz, petit-fils de Rabbi Pin'has Horowitz, auteur du Haflaa.

La famille Margaliot était une famille célèbre de Rabbanim, et les familles de rabbins avaient tendance à chercher à marier leurs enfants entre eux, surtout s'ils pensaient être liés à la dynastie du roi David. Ainsi, un groupe de « dynasties rabbiniques» descendait du roi David, dont une grande partie provient des mariages avec les descendants du Rav Margaliot ou des membres de sa famille. Des familles d'Admourim et de Rabbanim font également éditer de nos jours ce type d'ouvrages, où figurent des listes de noms prouvant leur parenté avec la famille Margaliot, et remontent de là, en suivant l'arbre généalogique de l'ouvrage Ma'alot Hayi'houssin, jusqu'au roi David. On compte parmi ces familles, la famille Rokéa'h, la dynastie des Admorim de Belz, la famille Kook, la famille Yafé, la famille Brandwein, la dynastie des Admourim de Stretin, la famille Biderman, la dynastie des Admourim de Lélov, etc.

Le roi David dit dans les Téhilim : « Mes larmes sont ma nourriture de jour et de nuit.»

Le Rav Zakaï interprète le verset ainsi : Adam Harichon, pour avoir mangé de l'Arbre de la Connaissance du bien et du mal, a reçu une malédiction : «Tu mangeras du pain à la sueur de ton front», et jusqu'à aujourd'hui, tout le monde doit peiner pour obtenir un gagne-pain.

Il va de soi que cela attriste les Tsadikim qui doivent laisser de côté leur étude de la Torah pour gagner leur vie.

C'est ce que dit le roi David en substance : « Mes larmes sont mon pain» : mes larmes proviennent du fait que je doive peiner pour obtenir du pain. Et dans la suite du verset : « jour et nuit» : comme je me donne de la peine pour obtenir du pain, je ne peux appliquer le principe : «Tu la méditeras jour et nuit » (la Torah) et c'est à ce sujet que je m'attriste et que je verse des larmes.

On raconte à ce sujet une histoire sur le Gaon Rabbi Ephraïm Zalman Margaliot : Rabbi Ephraïm Zalman avait l'usage chaque matin de s'enfermer dans son bureau pendant plusieurs heures pour y étudier le Talmud, et tant qu'il n'avait pas fini son programme journalier d'étude, il ne se livrait à aucune autre occupation.

Un jour, plusieurs commerçants d'une ville du district se présentèrent au domicile de Rabbi Ephraïm Zalman, alors que ce dernier était penché sur son étude du Talmud.

Son épouse alla rapidement le trouver et insista pour qu'il interrompe son étude afin de rencontrer ces marchands pour une petite heure, car dans le cas contraire, il risquait de perdre beaucoup d'argent en une fois.

Rabbi Ephraïm Zalman répondit à son épouse sans lever les yeux du livre devant lui : « Dans la Paracha de 'Houkat, il est dit : "Voici la règle, lorsqu'il se trouve un mort dans une tente."

Nous apprenons de là que lorsqu'un homme se consacre à l'étude de la Torah, il doit se considérer comme un mort pour ce qui a trait aux affaires de ce monde-ci.»

Privés de choix, les marchands courroucés repartirent, et en conséquence, cette affaire qu'ils voulaient exposer à Rabbi Ephraïm Zalman fut annulée et il perdit des milliers de pièces d'or.

Mais à la stupéfaction de tous, Rabbi Ephraïm Zalman réagit en s'exclamant sur un ton joyeux : grâce à D.ieu, j'ai payé aujourd'hui plusieurs milliers de pièces d'or en échange d'une page de Guémara…

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur du Rav Ephraïm Zalman MARGALIOT