Méchoulam était le petit garçon d’une famille juive religieuse de New York. Il grandit dans l’amour et la joie, et il faisait la fierté de ses parents. Ils n’entendirent jamais personne se plaindre de lui, ni parmi les enseignants du Talmud Torah lorsqu’il était enfant, ni plus tard, parmi ceux de la Yéchiva. Au contraire, tous vantaient ses nombreuses vertus.La vie était belle jusqu’à ce que le garçon atteigne ses 17 ans, âge ou tout bascula. Sa mère n’était déjà plus de ce monde, et le jeune homme commença à se révolter en rejetant petit à petit tous les principes du judaïsme. Un conflit grave s’ensuivit avec son père qui en éprouva une profonde peine.

Jusqu’à ce matin cauchemardesque où il s’adressa sèchement ainsi à son père : « Papa, dimanche prochain, je pars pour l’Inde avec des copains ! » Son père allait s’évanouir sous le choc de la nouvelle : « En Inde ?! Que vas-tu chercher là-bas ? »

Mais il était déjà trop tard, son fils avait acheté son billet et tout était prêt pour le voyage. « Papa, tu perds ton temps, c’est décidé ! Je pars et je n’ai pas de date de retour à te donner ! »

Le pauvre père ne sut pas comment réagir. Il gémit de tristesse et de déception, mais toute sa peine ne réussit pas à faire changer d’avis son fils. Sa détresse était intensifiée par l’absence de sa femme. Il savait que si elle avait été encore en vie, elle serait parvenue, avec sa tendresse de mère et son amour débordant, à convaincre son fils de ne pas partir.


En Inde, fini la religion

Les tentatives de dissuasion du père se prolongèrent jusqu’au moment de l’embarquement, mais il n’y avait rien à faire… Au moment où son fils s’apprêtait à monter dans l’avion, le père sentit son cœur se briser totalement, et il lui dit : « Méchoulam, dis-moi la vérité, qu’est-ce qu’un jeune homme religieux va chercher en Inde ? »

Si la limite de ses souffrances n’était pas encore atteinte, la réponse provocante de son fils allait lui en faire dépasser le seuil : « Papa, si tu penses que je suis encore religieux, tu te fais des illusions ! Je pars chercher un sens à ma vie, voilà tout ! »

Le père n’en crut pas ses oreilles. Son fils bien-aimé était-il descendu aussi bas au point d’abandonner complètement le judaïsme ? Et le fils de rajouter froidement : « Papa, j’espère que tu me pardonneras ».

Mais son père, n’étant plus capable de contenir son émotion, explosa : « Te pardonner ? Après tout ce que je t’ai donné, après l’éducation en or que ta mère, que son souvenir soit une bénédiction, t’a prodiguée durant toute sa vie ? C’est le « merci » que nous recevons ? Je ne veux plus jamais te revoir ! Si tu as décidé de jeter derrière toi tout ce qu’il y a de plus précieux et sacré dans ta vie de juif, tu n’es plus mon fils et je ne te pardonnerai jamais toute la peine que tu m’as causée ! »

Trois années passèrent et Méchoulam « réalisa » ses rêves en Inde. Pourtant, même s’il s’était adapté à sa nouvelle vie, la séparation avec son père à l’aéroport le perturbait encore. Il essaya souvent de l’appeler au téléphone et lui envoya des lettres, mais il ne reçut jamais aucune réponse.


Crise cardiaque

Un jour, alors qu’il se promenait dans la ville, il rencontra à son grand étonnement un ancien ami avec qui il avait étudié au Talmud Torah. La rencontre fut très chaleureuse. Ils échangèrent leurs impressions sur leurs vies actuelles et leurs souvenirs d’enfance. Puis, brusquement, le visage de son ami devint sérieux :

« Méchoulam, j’ai eu beaucoup de peine lorsque j’ai appris pour ton père ». « Mon père ? Que lui est-il arrivé ? » demanda Méchoulam, inquiet.

Son ami le regarda sans comprendre : « Que veux-tu dire ? Tu n’es pas au courant ? Tu ne sais pas que ton père a eu une crise cardiaque six mois après ton départ ? On raconte que son cœur n’a pas tenu à cause de la peine qu’il a ressentie de te voir le quitter pour l’Inde. Comment peux-tu ne pas être au courant ?! »

Méchoulam ne sentait plus ses jambes, ses forces l’abandonnèrent et ses oreilles devinrent sourdes. Il dut se tenir à la balustrade la plus proche. Sa vie venait de perdre tout son sens. Son père, qu’il aimait tant, n’était plus de ce monde…

Depuis cette terrible nouvelle, la conscience de Méchoulam ne trouvait plus le repos. Il ne cessait pas de pleurer, rongé par le remords et la culpabilité. Et tout cela pour quoi ? Pour une vie de hippie grotesque et dénuée de sens, un marginal servant soi-disant des idéaux d’amour et de fraternité. Tout cela pour vivre sans contraintes et assouvir ses passions, voilà la vérité ! Qu’était-il venu chercher ici ? Qu’avait-il trouvé ? Rien, absolument rien…


Retour à Jerusalem

C’est ainsi qu’un jour, ne tenant plus, il décida de voyager en Israël. Il ressentait un besoin irrépressible de prier qu’il ne comprenait pas lui-même. Il ne prêta aucune attention aux ricanements et aux moqueries de ses copains, sa décision était prise. Il monta dans le premier avion avec un seul et unique objectif : le Mur des Lamentations. Il voulait prier, crier, pleurer et supplier afin d’obtenir le pardon.

Arrivé à destination, il se rendit directement au Mur des Lamentations, dernier vestige du Beth Hamikdach où résidait encore la Présence divine, il en était convaincu.

Méchoulam s’approcha du Mur et posa sa main sur les pierres chaudes. Il avait l’impression qu’elles étaient vivantes. Il était bouleversé. Puis il posa sa tête sur les pierres et se mit à pleurer, comme s’il était arrivé chez lui, dans les bras de son Père. Il se sentait tout proche d’Hachem, comme jamais. Il pleurait sur le passé, sur le présent et sur le futur qui lui apparaissait obscur et incertain. Mais il pleurait surtout sur la peine qu’il avait causée à son père et qui avait entraîné sa mort. Et cela, il ne pouvait se le pardonner…

Près de lui, se tenait un homme qui l’observait depuis son arrivée. Il était touché par la détresse immense du jeune homme. Lorsque ce dernier s’apaisa un peu, il lui conseilla d’écrire sur un petit morceau de papier ce qui le faisait tant souffrir ainsi que ce qu’il souhaiterait voir advenir, puis de le déposer dans les interstices des pierres. L’idée lui plut. Il s’assit afin d’écrire ce qu’il avait sur le cœur :

« Papa, je me trouve à Jérusalem, la ville sainte, au Mur des Lamentations. Si ton âme me contemple de là-haut, je te demande, mon cher Abalé (papa), de me pardonner. Je n’avais pas l’intention de te faire souffrir. C’est mon mauvais penchant qui m’a fait faire toutes ces bêtises. Dès aujourd’hui, je te promets de faire une sincère Téchouva et de suivre le chemin dans lequel toi et maman m’avez éduqué. Papa, pourras-tu me pardonner ? »

Il se mit de nouveau à pleurer, mais cette fois, il se sentait beaucoup mieux. Méchoulam chercha une fissure afin d’y glisser son mot, mais à chaque fois qu’il tentait de l’insérer, le papier retombait à terre. Il en éprouva une grande peine car il interprétait cela comme un rejet du Ciel.


Prière de son père

Avant de se décourager, il décida de déposer son papier un peu plus haut. Il monta sur une chaise et enfonça le mot entre les pierres. Cette fois-ci, le papier allait tenir, ce qui le soulagea grandement. Cependant, en faisant pénétrer le sien, il en fit tomber un autre. Mais alors qu’il s’apprêtait à le replacer entre les pierres, il remarqua un mot sur le papier qui attira particulièrement son attention : il s’agissait de son nom, Méchoulam !

Son cœur se mit alors à battre à toute vitesse. Il tenait le papier serré entre ses doigts lorsqu’une voix intérieure lui suggéra de l’ouvrir. Sa respiration s’arrêta : il s’agissait de l’écriture de son père ! Au bord des larmes, il put lire :

« Maître du monde, je T’en prie, aie pitié de Méchoulam ben Rivka, mon jeune fils qui a voyagé en Inde il y a deux mois. Veille sur lui afin qu’il reste un juif fidèle. Protège-le comme la prunelle de Tes yeux et pardonne-lui toutes ses fautes. Méchoulam, si je le pouvais, je te dirais ceci : je t’aime et je te pardonne pour tout ce que tu m’as fait endurer. Il est vrai que lorsque nous nous sommes quittés à l’aéroport, j’étais très en colère contre toi, et j’ai dit que je ne voulais plus jamais te revoir. Mais sache, mon fils bien-aimé, que je regrette cela et que je te pardonne de tout mon cœur. J’espère et prie qu’Hachem aussi te pardonnera et qu’Il te ramènera à Lui par une sincère Téchouva. Je souhaite que lorsqu’arrivera le moment de te marier, tu choisisses une femme juive digne de ce nom qui ait la crainte du Ciel, et que tu aies avec elle des enfants purs élevés dans la Torah et les Mitsvot. Ton père qui t’aime très fort, Yaakov ben Sarah ».

A ce moment-là, Méchoulam fut secoué par de violents sanglots et pleura un long moment comme un enfant. Lorsqu’il quitta le Kotel (Mur), il était déjà un parfait Baal Téchouva (personne ayant opéré un retour vers le judaïsme).

Aujourd’hui, Méchoulam a quatre enfants purs élevés dans la tradition juive authentique et fait la fierté de son père au Ciel. La prière sincère qui avait jailli du fond du cœur de son père avait été entendue et exaucée, d’une manière que seul Hachem était en mesure d’orchestrer…