Quelle femme n'aimerait pas ressentir que son mari porte sur elle un regard admiratif ? Se sentir respectée et valorisée est sans doute le rêve premier de chacune de nous. La paracha Chémot nous révèle le secret pour y arriver…

En effet le Or Ha’haïm Hakadoch attire notre attention sur les différentes étapes qui ont emmené l'asservissement des enfants d'Israël en Égypte. Il explique que à la mort de Yossef Hatsadik, les Bné Israël ont perdu de leur importance (ils étaient supérieurs aux Égyptiens et sont descendus à leur niveau), à la mort des frères de Yossef, ils sont descendus à un niveau inférieur à celui des Égyptiens et à la mort de toute la génération de Yossef, ils ont commencé à être asservis.

Le rav ‘Haïm Chmoulevitz, dans son livre Si’hot Moussar, nous éclaire en disant que malgré que les Égyptiens étaient cruels depuis toujours, ils n'auraient jamais réussi à asservir les enfants d'Israël si ces derniers posaient sur eux un regard positif. C'est seulement après avoir commencer à perdre de l'estime d’eux même qu’ils sont tombés dans l’asservissement. En d'autres termes, Rabbi Haïm nous enseigne que tant qu'une personne se respecte, son entourage la respecte. Mais, à partir du moment où elle se dédaigne, ce sentiment de faiblesse est ressenti par autrui qui automatiquement se permet de lui faire ressentir sa bassesse, même de façon inconsciente.

L’importance de se respecter soi-même !

Toute femme juive est une princesse puisqu'elle est la fille du roi des rois, D.ieu. Elle se doit donc d'être respectable, et de renvoyer une image digne de son haut rang… pour elle-même et pour son conjoint. Que ce soit par sa tenue, son attitude, son comportement en général, comme il est écrit : « L’honneur d'une princesse se trouve dans son intérieur, elle est habillée de vêtements d'or » (Téhilim).

On peut parfois avoir tendance à se laisser aller sur certains de ces aspects, par ignorance ou par manque d’estime de soi, et cela peut nuire à l’image que nous renvoyons à notre entourage, surtout le plus proche.

De la même manière notre façon de nous exprimer a une influence. Par exemple si nous nous mettons en colère sans arrêt, du matin au soir, cela influera inévitablement sur l’image que nous porterons sur nous-même, notre estime de soi, et ce que nous véhiculerons, malgré nous, à notre entourage proche. Il est donc essentiel d’essayer de se travailler sur tous ces éléments !

Donner de l'assurance à nos enfants

La confiance en soi est à l'origine de la réussite dans tous les domaines. C'est donc un ustensile essentiel à procurer à nos enfants pour leur permettre de devenir indépendants, de fonder une famille, de subvenir à leurs besoins…

Voici quelques conseils pour construire chez l'enfant une personnalité courageuse et sûre d'elle:

-Aimez votre enfant inconditionnellement (pas seulement quand il se comporte bien). Encouragez-le le plus possible : « Je vois que je peux compter sur toi, tu es rentré exactement a l’heure que je t'ai fixée », « Tu as fini tous tes devoirs, bravo !! ».

-Appréciez les efforts, ne vous concentrez pas sur le résultat. Focalisez-vous sur les côtés positifs. Limitez considérablement la critique et faites attention de ne jamais coller une étiquette à l'enfant : « Comme tu es désordonnée », « Je reconnais que tu ne changeras jamais », « Quel fainéant ».

-Donnez-lui quelques tâches journalières (il peut choisir), ce qui le remplira de satisfaction personnelle (je sais ranger ma chambre, je sais plier le linge).

-Établissez une discipline minimale avec fermeté et avec calme. Les limites et les règles donnent à l'enfant confiance en lui et lui procurent beaucoup de santé psychologique.

-Le Rav Chimchon Raphael Hirsch nous enseigne un principe éducatif essentiel : peu d’interdictions mais quand on dit non c'est non ! Cette intransigeance fait passer à l'enfant un message de parent fort  et sûr de lui (mes parents me protègent).

-Utilisez la punition rarement. Écoutez votre enfant avec attention, laissez-le s'exprimer jusqu'au bout, montrez-lui qu'il a été compris, cela l'aidera à comprendre qui il est et à confronter ses difficultés avec courage.

-Essayez de vous maîtriser le plus possible dans les moments de colère et rappelez-vous que votre enfant vous regarde et puise de vous les forces dont il aura besoin dans sa vie future. Ce qui éduque l'enfant ce n'est pas les discours qu'on lui fait mais l'exemple qui a été donné à travers le comportement de ses parents.

Le Rav Wolbe dans son livre Binyan Vézri'a Ba'hinoukh nous dit que les enfants nous ont été donnés en tant que gages. Ils ne nous appartiennent pas. Nous avons le devoir de les rendre au créateur dans le meilleur état possible et cela nécessite beaucoup de travail personnel et beaucoup de prières.

La meilleure des résolutions serait de rajouter une prière journalière pour chaque enfant en détaillant nos demandes du plus profond de notre cœur et de notre être.

Chabbath Chalom à toutes !