Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:27 : Mise des Téfilines
06:39 : Lever du soleil
13:56 : Heure de milieu du jour
21:11 : Coucher du soleil
22:02 : Tombée de la nuit

Paracha Vaet'hanane
Vendredi 12 Août 2022 à 20:53
Sortie du Chabbath à 22:03

Hiloulot du jour
Rav Amram Ben Diwan
Afficher le calendrier

'Akédat Its'hak : un mérite pour Israël ?

Rédigé le Jeudi 25 Février 2016
La question de Daniel Z.

Bonjour Rav,

Au sujet de la 'Akédat Its'hak, Isaac Abravanel aurait écrit la phrase suivante : "C'est la ligature d'Isaac qui est pour toujours sur nos lèvres et dans nos prières, car en elle réside toute la force d'Israël et son mérite devant Hachem."

Est-ce exact, ou bien avez-vous une autre citation courte soit de lui soit d'un autre de nos Sages ?

Merci beaucoup, et Kol Touv.

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
6854 réponses

Chalom Ouvrakha,

Cette phrase à laquelle vous faites allusion est certainement celle du Rav Ména'hem Rékanati (sur la Torah, Parachat Vayéra 22, 14, page 26, et Parachat Terouma 27, 1), qui nous dit qu'il y a des anges accusateurs qui ne permettent pas à nos prières d'être acceptées, et ce n'est que par le mérite de la 'Akédat Its'hak que nos requêtes peuvent être agrées.

Le Rav Dessler (tome 2, page 192) ainsi que son élève, le Rav Miller, dans son livre Chi'ouré Léyom Hachabbath (Parachat Pékoudé), nous expliquent que, dans chaque prière, il y a une forme de rébellion puisque, en quelque sorte, on n'accepte pas ce qu'Hakadoch Baroukh Hou nous a envoyé, et on demande plus de bonheur et moins de souffrance... Pourtant, Hachem sait exactement ce qui est bon et mauvais pour nous ! Et c'est en quelque sorte ce que les anges accusateurs disent, et, ainsi, ils empêchent nos prières d'être acceptées.

La prière ne peut être que si on a au préalable fait l'abnégation de sa personne, de son égoïsme ou égocentrisme, et que l'on accepte, même sans comprendre, ce qu'Hachem nous donne. Si l'on prie dans cet état d'esprit, la prière a des chances d'être acceptée. Et cette force (d'abnégation de soi), nous l'avons hérité d'Its'hak, lors de la 'Akéda. C'est donc par son mérite que nous pouvons prier.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA