Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:20 : Mise des Téfilines
05:51 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
21:57 : Coucher du soleil
22:59 : Tombée de la nuit

Paracha Kora'h
Vendredi 1er Juillet 2022 à 21:39
Sortie du Chabbath à 23:03

Hiloulot du jour
Rav Chlomo Kluger
Yossef Hatsadik
Afficher le calendrier
Vidéo Importante
Torah-Box & vous
Jeudi 30 Juin 2022

Angoissée par la situation en Ukraine

Rédigé le Mercredi 11 Mai 2022
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Depuis quelques jours, je regarde beaucoup l’actualité et la situation en Ukraine m’angoisse beaucoup. J’ai peur que l’on soit à l’aube d’une troisième guerre mondiale.

Habitant en France et maman de quatre enfants, je ne me vois pas tout quitter pour partir à l’inconnu comme l’ont fait les ukrainiens.

J’essaye de me raisonner mais j’ai du mal à puiser dans ma Emouna.

Les juifs d’avant la Seconde Guerre mondiale avaient aussi la Emouna et pourtant beaucoup sont morts dans des conditions affreuses.

Merci de m’aider à y voir plus clair.

La réponse de Rav Yona GHERTMAN
Rav Yona GHERTMAN
96 réponses

Chalom, 

Il est enseigné dans le livre des Proverbes 12, 25 : "Le souci dans le cœur de l'homme doit être écarté ; et la bonne parole réjouit".

Le Malbim explique que le souci principal concerne le futur : même en étant actuellement dans un état de bonheur, la personne soucieuse craint le lendemain : peut-être perdra-t-elle sa fortune ; peut-être sa maison s'effondrera ; peut-être y aura-t-il la guerre etc.

Aussi, deux solutions sont proposées dans ce verset : 

1/ écarter le plus possible de son esprit toute pensée angoissante ;

2/ penser à des choses positives afin d'annuler les idées noires. 

Sur ce second point, il ne s'agit pas uniquement de "penser", mais également de parler avec des personnes positives ; c'est-à-dire de faire part de son souci à des personnes qui sauront vous rassurer (cf. également Yoma 75a).

Aussi, si vous parlez avec des personnes bien intentionnées, ces dernières vous diront que la Russie n'a aucune raison stratégique d'envahir la France et de forcer les citoyens français à quitter leur pays. La situation sur ce point est bien différente de ce qui se passe en Ukraine, ainsi que de ce qui se passait à l'aube de la Seconde Guerre mondiale. Elles vous diront également que toutes sortes de drame peuvent arriver dans la vie, c'est certain, mais qu'il faut aussi savoir profiter du bonheur présent. Ou comme disent nos Sages : "Ne t'inquiète pas du malheur de demain, car tu ne sais pas encore ce qui se passera aujourd'hui (...)" (Ben Sira cité en Yébamot 63b).

En outre, il est bon de prendre des distances par rapport à la manière dont les médias présentent l'actualité. En effet, les titres et articles angoissants étant plus "vendeurs", ce sont souvent ces derniers qui sont diffusés en boucle aux informations. Enfin, il est bon également de limiter l'utilisation des réseaux sociaux, car les nouvelles angoissantes y sont beaucoup publiées, et les commentaires de chacun sur les publications ne font qu'augmenter le stress de celles et ceux qui étaient déjà anxieux.  

Qu'Hachem apporte des bonnes nouvelles et le Chalom dans le monde entier. 

Kol Touv. 

Mékorot / Sources : Rav Meïr Leibush (Malbim).
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yona GHERTMAN