Avec quelle récolte fabrique-t-on les Matsot ?

Rédigé le Mercredi 1er Novembre 2017
La question de Thierry C.

Bonjour Rav,

Avec quoi fabrique-t-on les Matsot si la récolte permise démarre le 16 Nissan ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28212 réponses

Bonjour,

Ci-dessous, les détails nécessaires, concernant la Mitsva du 'Hadach,  pour répondre à votre question.

D’une manière générale, il est interdit de consommer la "nouvelle récolte" ["Hadach" signifie "nouveau"] des cinq céréales (blé, orge, épeautre, seigle et avoine), avant que le sacrifice du Omer ne soit offert au Beth-Hamikdach. Voir Choul'han ‘Aroukh - Ora’h ‘Haïm, chapitre 489, Halakha 10 et Choul’han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 293, Halakha 1.

De nos jours où le Beth-Hamikdach n'est pas encore reconstruit et qu'il n'est pas possible d'offrir les différents sacrifices obligatoires, il est également interdit de consommer la nouvelle récolte :

1. Avant la tombée de la nuit du 16 Nissan, en Israël.

2. Avant la tombée de la nuit du 17 Nissan, en dehors d'Israël.

Voici quelques connaissances supplémentaires concernant cette Mitsva de la Torah :

Mis à part les différents sacrifices offerts durant Pessah, le second jour de la fête, le 16 Nissan, il fallait offrir le Korban Ha'omer, constitué de farine d'orge [un Omer - environ 2,5 Kg] mélangée à de l'huile et certaines plantes aromatiques. Cette offrande était accompagnée d'un agneau entièrement consumé sur le Mizbéa'h (autel).

Seulement alors, il était permis de consommer la nouvelle récolte des cinq céréales. En effet, le verset affirme : "Vous ne mangerez ni pain ni grains [...] jusqu'à ce que vous ayez apporté l'offrande de votre D.". Vayikra, chapitre 23, verset 14.

Le Korban Ha'omer permet uniquement la consommation des céréales dont l'enracinement a eu lieu avant le coucher du soleil du 15 Nissan.

Les céréales ayant pris racine après le coucher du soleil du 15 Nissan, ne peuvent être permises à la consommation qu'après l'offrande du Korban Ha'omer de l'année suivante.

Il faut donc définir précisément le moment de l'enracinement, après que la graine ait été mise en terre.

D'après certains décisionnaires, le processus d'enracinement de la graine débute 3 jours après la mise en terre. Selon d'autres, il faut attendre pour cela, 14 jours.

La Halakha est tranchée selon l'avis qui exige 14 jours.

Voir Shakh, passage 2 sur Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 293 et Biour Hagra.

Donc, une moisson dont l'ensemencement est effectué après le coucher du soleil du 2 Nissan, ne pourra pas être permise à la consommation avec l'offrande du Korban Ha'omer de cette année.

De nos jours, comme il n'est plus possible d'offrir les différents sacrifices au Beth-Hamikdach, l'interdiction de consommer la nouvelle récolte ('Hadach) est levée après le 16 Nissan (date de l'offrande du Korban Ha'omer), le 17 Nissan. En dehors d'Israël, il faut attendre la sortie du deuxième jour de Yom-Tov, le 18 Nissan.

Même une récolte ayant poussé en dehors de la terre d'Israël, dans un champ appartenant à un non-juif, est touchée par l'interdiction de 'Hadach. Voir Choul'han 'Aroukh - Yoré Déa, chapitre 293, Halakha 2.

Certains décisionnaires font remarquer que l'ensemble de la communauté juive dans le monde "ne considère pas" cette interdiction, étant donné qu'il est très difficile [de nos jours] d'avoir la certitude que la céréale utilisée pour le pain local, n'est pas touchée par cette interdiction.

Dans une telle éventualité, il est possible de s'appuyer sur les décisionnaires selon qui l'interdiction en question ne s'applique pas à la céréale ayant poussée dans un champ appartenant à un non-juif.

Il n'empêche que toute personne ayant la possibilité de vérifier l'origine de la céréale qu'il consomme, devra le faire afin de ne pas transgresser ce qui est mentionné explicitement dans le Choul'han ‘Aroukh [Ora’h ‘Haïm, chapitre 489, Halakha 10].

Voir Michna Broura, chapitre 489, passage 45.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN