Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:32 : Mise des Téfilines
06:43 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:06 : Coucher du soleil
21:56 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 19 Août 2022 à 20:40
Sortie du Chabbath à 21:49
Afficher le calendrier

Birkat Cohanim pour un Cohen ayant bu de l'alcool

Rédigé le Mardi 2 Août 2022
La question de Anonyme

Bonjour,

Si le Chabbath matin à Moussaf, on pense que le Cohen a bu du red bull mélangé à de l’alcool, qu'il n’est pas ivre, mais très joyeux, et qu'il demande à faire Birkat Cohanim, peut-on le laisser ?

Je vous remercie pour tout ce que vous faites.

La réponse de Rav David COHEN
Rav David COHEN
225 réponses

Bonjour,

En effet, il est problématique de réciter la Birkat Cohanim en ayant bu de l’alcool auparavant, car il est interdit (d’ordre rabbinique, selon la plupart des décisionnaires) pour un Cohen de réciter la Birkat Cohanim lorsque le Cohen est enivré, comme cela est mentionné dans le traité Ta'anit (27a) et retranscrit dans le Choul’han 'Aroukh au Siman 128,38.

Cependant, il convient de distinguer deux cas de figure :

1. Le cas où le Cohen a bu du vin

Dans ce cas, il ne pourra pas faire la Birkat Cohanim s’il a bu plus de Révi'it (soit 8,1cl), et, ce, même s’il a bu juste la quantité de Révi'it (d’un trait), ou bien plus de Révi'it (et dans ce cas-là, même en deux temps).

Cependant, s’il a bu moins de Révi'it de vin, il pourra réciter la Birkat Cohanim même a priori (tant qu’il n’est pas "Chikor", ivre). Aussi, il est à noter que, selon certains, s’il est déjà monté au Doukhane, on ne le fera pas descendre, car il existe un avis indulgent qui autorise tant qu’il n’est pas "Chikor Kélot" (Beth Yossef selon Rabbénou Yérou’ham), et il sera alors préférable de s’appuyer sur cet avis largement minoritaire plutôt que de faire honte au Cohen [Kaf Ha’haïm 128,126].

2. Le cas où le Cohen a bu une alcool autre que le vin

Dans ce cas-là, on distinguera l’état d’ébriété du Cohen en question :

- S’il est "Chatouy" (personne qui a une humeur plus joyeuse ou légèreté d’esprit, mais qui reste apte à parler correctement devant une personne importante), il pourra réciter la Birkat Cohanim [voir Michna Beroura 128,141],

- S’il est "Chikor" (à savoir qu’il est incapable de parler correctement devant une personne importante), selon la plupart des décisionnaires, il ne fera pas Birkat Cohanim [Biour Halakha 128,38, "Chata"].

A posteriori, s’il est monté, on ne le fera pas descendre [Kaf Ha’haïm 128,125 et Halakha Beroura 128,127].

- S’il est "Chikor Kélot" (perte totale de contrôle), il est dispensé de toutes les Mitsvot, y compris de Birkat Cohanim, et on le fera descendre même a posteriori (de préférence, pour l’emmener dans son lit) [voir Kaf Ha’haïm 128,226].

Quoi qu’il en soit, a priori, il est inconcevable pour un Cohen de boire de l’alcool, même en petite quantité, avant d’avoir réalisé la Mitsva de Birkat Cohanim 
[Choul’han 'Aroukh Harav 128,51 et 'Hayé Adam Klal 32,7].

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav David COHEN