Chabbath Yom Tov : doit-on faire les chants de Chabbath ?

Rédigé le Vendredi 9 Octobre 2020
La question de Anonyme

Chalom,

Peut-on / doit-on chanter les Zemirot de Chabbath Kodech lorsque c’est en même temps Yom Tov ?

Y a-t-il une différence lorsque c’est Roch Hachana (Yamim Noraïm et ambiance solennelle) ?

Y a-t-il des sources dans les décisionnaires ?

Merci par avance et bravo pour votre travail.

Kol Touv.

La réponse de Rav Avraham GARCIA
Rav Avraham GARCIA
5894 réponses

Chalom Ouvrakha,

On ne retrouve pas de source Talmudique explicite, ni "d'obligation" halakhique de chanter pendant les repas de Chabbath [voir Méguila 12].

Par contre, pour l'entrée du Chabbath, comme le chant de "Lékha Dodi" ou le Téhilim de Chabbath, nous retrouvons des sources [voir Otsrot Ram'hal page 161 sur les Téhilim 92].

Certains [surtout dans la 'Hassidout] ont pour habitude de danser [voir Rabbénou 'Hananael Baba Kama 32a], mais il s'agit surtout de l'accueil du Chabbath et une fois le Chabbath présent, nous avons comme coutume de chanter encore lors des repas pour honorer sa présence.

Nous avons aussi pour habitude d'embellir les prières par des chants, etc.

Ce n'est que le Séfer 'Hassidim [Siman 271] qui nous parle de "Mitsva" de chanter Chabbath, ainsi que le Pélé Yo'ets, qui nous parle de l'importance de chanter à table le Chabbath.

Je n'ai personnellement rien trouvé de plus.

Lorsque Chabbath tombe un Yom Tov, et même si ce Yom Tov tombe à Roch Hachana, nous pouvons chanter [aussi] les champs du Chabbath, car nous sommes dans la même "obligation" d'honorer le Chabbath, car Yom Tov n'est qu'un rajout sur le Chabbath, comme nous le mentionnons d'ailleurs dans la Brakha de "Mékadèch Hachabbath Véisraël Véhazmanim". La joie n'est pas contradictoire avec Roch Hachana.

Dans les Yéchivot, il est plus habituel de chanter les chants du Yom Tov, et beaucoup ont adopté cette coutume.

Kol Touv.

NB. Il est effectivement très important de chanter à la table de Chabbath, et surtout s'il y a des enfants, cela a une très grande influence positive sur leur éducation, car, bien qu'il n'y ait pas de réelle obligation, c'est tout de même une grande Mitsva.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham GARCIA