Logo Torah-Box

Comment pleurer dans mes Téfilot ?

Rédigé le Mercredi 9 Mars 2016
La question de Hana C.

Bonjour Rav,

J'ai lu une question d'une personne qui ne savait pas quoi penser du fait qu'elle pleurait dans sa Téfila !

Moi, je rêve de pleurer dans ma Téfila, mais ça ne m'arrive jamais (quasiment), même quand je prie avec force, et pas non plus dans les Jours Redoutables ou à Yom Kippour.

Pourtant, je pleure souvent lorsque je lis des histoires émotives ou que je suis dans une situation sans issu qui m'attriste...

Je ne sais pas comment faire pour arriver à pleurer lorsque je prie, et j'aimerais tellement y arriver !

Souvent aussi je n'arrive pas à prier avec beaucoup de force, même pour des prières personnelles, surtout que je prie 3 fois par jour et que je n'arrive pas toujours à demander 3 fois la même chose avec la même intensité à chaque fois.

Merci beaucoup pour la dévotion de tous les Rabbanim de ce site !

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38848 réponses

Bonjour,

Avant de répondre à votre question, je me permets de retranscrire la réponse rédigée suite à la question à laquelle vous faites, apparemment, allusion.

Nos maîtres en Kabbale ainsi que les plus grands décisionnaires sont tous d'accord pour affirmer que les larmes versées durant la prière sont un signe de pureté.

D'autre part, nos Sages affirment [Baba Métsia 59a] que depuis la destruction du second Beth-Hamikdach, toutes les portes de la Téfila se sont fermées [il y a une "muraille de fer" nous séparant de Hachem] mais seules les "portes des larmes" sont restées ouvertes. En d'autres termes, c'est le meilleur moyen d'être exaucée.

Dans les lois concernant les jours redoutables [Roch Hachana, Kippour, Souccot], les décisionnaires font remarquer : si une personne ne verse pas de larmes, cela prouve que son âme n'est pas encore purifiée [Kaf Ha'haïm chapitre 582, passage 60].

Ils nous dévoilent, par ailleurs, que les larmes versées durant les jours redoutables sont un moment propice car c'est à ce moment que l'on est jugé.

L'élève du Ari Zal, Rabbi 'Haïm Vital, écrit au nom de son maître : Il est fortement conseillé de verser des larmes durant les prières des jours redoutables même si l'un de ces jours coïncide avec un CHABBAT ! [Chaar Hakavanot page 90, rapporté par le Kaf Ha'haïm précité].

Lisez très attentivement ce qui suit : un des plus grands décisionnaires de notre époque, le Rav Wozner [vivant aujourd'hui en Israël - il vient de fêter ses 101 ans] écrit dans une lettre adressée à l'un de ses élèves qu'il n'y a pas de moment plus heureux dans la vie d'un être humain que les prières récitées en versant des larmes. Il poursuit en disant : "Heureux l'être humain bénéficiant de tels moments" - Cf. Chévet Halévi Volume 7, question 1.

Le Ba'al Chem Tov [sur Parachat Noah, passage 58] décrit exactement vote situation et conclue en disant que de telles larmes témoignent de la grandeur de la personne en question.

Le Malbim écrit au nom de nos Sages : si aujourd'hui nous sommes encore en exil cela est dû au fait que le mérite d'Essav ayant versé trois larmes n'est pas encore épuisé.

D'où l'importance des larmes !

Vous écrivez :

Pourtant, je pleure souvent lorsque je lis des histoires émotives ou que je suis dans une situation sans issu qui m'attriste...

Je ne sais pas comment faire pour arriver à pleurer lorsque je prie, et j'aimerais tellement y arriver !

Réponse :

Comme cela est indiqué dans la réponse qui précède, nos maîtres disent que les larmes sont le résultat d'une certaine sensibilité.

Il n'est pas indispensable de verser des larmes afin d'être exaucée : l'essentiel est d'être sincère et craindre Hachem.

Vous avez un cœur pur et sensible. La preuve est que vous versez des larmes à la suite de certaine lecture.

Si vous n'avez pas les mêmes performances durant vos prières, c'est que les sujets qui y sont mentionnés ne vous touchent pas encore très profondément.

N'ayez crainte, il existe également des larmes sèches qui ont une valeur toute aussi grande que celle que l'on ressent couler sur nos visages.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

En chemin vers Hachem (histoires vraies de Téchouva)

En chemin vers Hachem (histoires vraies de Téchouva)

Compilation d'histoires personnelles exceptionnelles de Baalei Téchouva, ces gens qui reviennent à la pratique du Judaïsme, par milliers !

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN