Logo Torah-Box

Comment réparer un vol que je ne peux pas rembourser ?

Rédigé le Mercredi 27 Février 2019
La question de Anonyme

Bonjour,

Comment faire Téchouva sur une somme volée qu’on ne peut pas rendre ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38848 réponses

Bonjour,

Dans votre question, vous ne dites pas pourquoi il s'agit d'une somme que l'on "ne peut pas rendre".

Voici trois éventualités :

A. Si vous n’avez pas les moyens de restituer la somme

Si vous n’avez pas les moyens, il faut mettre de côté des petites sommes d’argent jusqu’au jour où il vous sera possible de la restituer à son propriétaire.

Il existe une autre solution mais assez problématique : demander au propriétaire d’effacer la « dette ».

Mais on n’est jamais certain que le pardon est de bon cœur.

B. Si vous ne trouvez pas le propriétaire de la somme

1. Si vous connaissez le propriétaire de la somme, mais qu'il ne vous est pas possible de lui restituer la somme, il vous est permis de la conserver jusqu'au jour où vous le rencontrerez. Il faudra noter, chez vous, que vous êtes redevable de cette somme à untel.

Voir Iguerot Moché - 'Hochen Michpat, volume 1, réponse 88.

2. Si tous vos efforts pour restituer la somme d'argent à son propriétaire ne portent pas de fruits, il faut l'offrir aux responsables d'un Mikvé ou acheter des livres de prières et les offrir aux responsables d'une synagogue [après les avoir consulté et qu'ils vous aient dit qu'il y en ait besoin] où il serait possible que le propriétaire vienne prier [de préférence et si envisageable].

Voir Talmud Baba Kama 94b, Choul'han 'Aroukh - 'Hochen Michpat, chapitre 366, Halakha 2, Iguerot Moché - 'Hochen Michpat, volume 1, réponse 88, Pit'hé 'Hochen, chapitre 4, Halakha 18 et note 50.

3. Si le propriétaire de la somme est au courant du vol : le jour où vous rencontrerez le propriétaire de la somme, il faudra lui demander pardon. Si cela vous gêne, vous lui demanderez pardon avant Yom Kippour, lorsqu'il est habituel que tous agissent de la sorte - d’une manière générale - et sans lui préciser la faute. S'il n'est pas au courant, de nombreux décisionnaires pensent qu'il n'est pas obligatoire de lui demander pardon.

Voir Rambam, Hilkhot Techouva, chapitre 2, Halakha 9 et Iguerot Moché, 'Hochen Michpat, volume 1, fin de la réponse 88 [avant dernier paragraphe].

4. Si le propriétaire de la somme est décédé, il faut rendre la somme aux héritiers.

Voir Choul'han 'Aroukh - 'Hochen Michpat, chapitre 367, Halakha 4.

C. Si vous êtes gêné de restituer la somme à son propriétaire

Contactez-nous par le biais du service téléphonique - Question au Rav - de Torah-Box, tous les jours de 09h30 [heure française] à 00h30.

Depuis la France, au 01.80.20.50.00 [gratuit]. Depuis Israël, au 02.374.15.15 [gratuit]. Tapez sur la touche 2 pour le service Question au Rav.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Michpatei HaChalom

Michpatei HaChalom

Le guide-référence des lois entre l'homme et son prochain, pour une société fondée sur la confiance et l'honnêteté mutuelle. 

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN